24 Juillet 2018

Afrique de l'Est: Siti Binti Saad, la mère du taarab

Siti Binti Saad, célèbre chanteuse et compositrice de Zanzibar, a fait du taarab un véritable art du spectacle et une caisse de résonance pour les femmes d'Afrique de l'Est.

Siti binti Saad est née en 1880 dans le village de Fumba, sur l'île principale de Zanzibar, Unguja, qui fait aujourd'hui partie de la Tanzanie. Née dans une famille pauvre, elle vend de la poterie dans la rue avant de déménager à Zanzibar, en 1911. Là, elle commence à travailler avec des musiciens et devient bientôt célèbre en tant que chanteuse de taarab. Elle a pratiqué la musique jusqu'à un âge avancé et est décédée en 1950.

Pourquoi Siti Binti Saad est renommée ?

Siti binti Saad était une star du style musical taarab, une musique qu'elle a elle-même fortement influencée. Dotée d'une voix belle et puissante, elle a même été invitée à se produire au palais du sultan. Mais Siti binti Saad n'a pas seulement chanté pour l'élite : elle a également joué pour la classe ouvrière et sa maison était un lieu d'échange et de débat.

Pourquoi Siti Binti Saad a eu un rôle pionnier ?

Avant elle le taarab était généralement interprété par des hommes instruits qui chantaient surtout en arabe - la langue de la petite élite de Zanzibar. Siti binti Saad, qui n'avait aucune éducation formelle, était la première chanteuse féminine célèbre du genre et elle a popularisé la musique taarab en utilisant la langue swahili. Son rôle était tel que la British Gramophone Company l'a amenée jusqu'à Bombay, en Inde, pour capter sa voix, faisant d'elle le premier artiste est-africain à faire des enregistrements commerciaux.

De quoi parlent les chansons de Siti binti Saad ?

Toujours à l'écoute des travailleurs, Siti binti Saad a relayé leurs préoccupations dans sa musique. Ses chansons parlent de la vie quotidienne à Zanzibar et d'événements réels. Les chansons sont des critiques sociales, dénonçant l'oppression de classe, la corruption, les abus des femmes par les hommes et les carences du système juridique. C'est pourquoi le taarab, l'art du spectacle féminin tel qu'il a été façonné par Siti binti Saad, est hautement politique.

Qui a été inspiré par Siti binti Saad ?

Siti binti Saad a inspiré de nombreux musiciens et a ouvert la voie à d'autres chanteuses de taarab. Elle était par exemple le mentor de Bi Kidude, qui est aussi devenue une star du taarab. Siti binti Saad a rencontré le célèbre poète swahili Shaaban Robert, qui a écrit sa biographie, "Wasifu wa Siti binti Saad".

Publié après sa mort, en 1956, ce livre est un ouvrage important de la littérature tanzanienne et est encore étudié dans les écoles. Shaaban Robert a appelé les chansons de Siti binti Saad "la fierté de l'Afrique de l'Est" et ses enregistrements "une grande lumière dans l'obscurité" laissés à la postérité. Un magazine consacré aux questions féminines, publié par l'Association tanzanienne des femmes des médias, fait également référence à l'artiste : "Sauti ya Siti", "la voix de Siti".

Quel est l'héritage de Siti binti Saad ?

Siti binti Saad a produit plus de 250 chansons, mais seulement quelques-uns de ses enregistrements originaux existent aujourd'hui. Sa musique est encore largement jouée à Zanzibar, en Tanzanie et au-delà. Ses chansons font partie du répertoire standard de nombreux groupes de taarab. En outre, l'année 2017 a été marquée par la création de "l'Institut Siti Bint Saad", dont l'objectif est de préserver ses chansons et de promouvoir les valeurs et la culture de Zanzibar.

Afrique de l'Est

Les négociations sur un accord définitif stagnent à Karthoum

Les négociations de Khartoum sur la paix au Soudan du Sud sont suspendues pour les fêtes musulmanes. Elles… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.