Comores: La tension monte après l'attaque armée contre le vice-président

Photo: Commons Wikimedia
Anjouan, Comores

Alors que les Comores se préparent pour un référendum constitutionnel qui aura lieu lundi prochain, la tension monte entre les différents acteurs de l'échiquier politique. Les coups de feu tirés le week-end dernier sur le véhicule du vice-président représentant l'île d'Anjouan, alors qu'il se dirigeait vers son village natal, n'en finissent pas de faire enfler la polémique. Le gouverneur de l'île est pointé du doigt.

Pour Youssouf Mohamed Ali, directeur de cabinet du président Azali Assoumani, en charge de la défense, le responsable de l'attaque armée du week-end dernier contre l'un des vice-présidents comoriens est tout désigné : à ses yeux, c'est le gouverneur de l'île d'Anjouan, Abdou Salami.

Lors d'un discours visant à condamner ce qu'il appelait les «dérives dictatoriales» du président Azali, Abdou Salami avait indiqué être prêt à tout pour préserver le droit constitutionnel sur l'île, y compris « à verser le sang, fût-ce le sien, en premier ». C'est sur cette déclaration que Youssouf Mohamed Ali s'est appuyé au lendemain de l'attaque pour accuser le gouverneur d'incitation au crime.

Le gouverneur d'Anjouan promet des poursuites

Selon le directeur de cabinet, le discours du chef de l'exécutif d'Anjouan était clair et a entraîné des partisans à effectivement faire couler le sang du vice-président, sorti finalement indemne de cet assaut.

Abdou Salami répond par voie de communiqué officiel. Il promet des retombées juridiques à ces accusations, des poursuites en diffamation. Il dénonce des accusations calomnieuses. Pour lui, le gouvernement règle ses comptes en dénigrant tous ceux qui ne lui sont pas soumis.

A cinq jours du référendum, les tensions sont exacerbées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.