25 Juillet 2018

Sénégal: ZLEC - Une opportunité pour booster le commerce, selon Alioune Sarr

Le ministre du Commerce, Alioune Sarr a présidé, hier, la réunion du comité national de négociations commerciales internationales sur la mise en place de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca). Il a magnifié les avancées notées et a appelé les experts à poursuivre les travaux pour harmoniser les positions de notre pays.

La zone de libre échange continentale (Zleca) constitue une opportunité pour fouetter le commerce intra-africain. Alioune Sarr, ministre du Commerce appelle les acteurs économiques à la percevoir comme une opportunité et non une contrainte. Il a partagé, hier, cette conviction à l'ouverture de la réunion du comité national de négociations commerciales internationales sur la mise en place de la Zleca.

Après plus d'une décennie de concertations, les négociations ont abouti, en mars 2018, à Kigali, à la signature de l'Accord-cadre et des protocoles sur les marchandises, le commerce des services et les règles de procédures relatives au règlement des différends.

Cette réunion s'inscrit dans la poursuite des travaux et l'harmonisation des positions du Sénégal sur les différentes questions. Elle doit, selon Alioune Sarr, permettre de consolider les bases d'un large consensus autour des négociations, avant de magnifier les « avancées considérables » notées à l'issue des négociations.

« Couvrant un marché de plus de 1,2 milliard de personnes et un Pib combiné de plus 2.500 milliards de dollars, la Zleca est, aujourd'hui, la plus grande zone de libre échange au monde depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce (Omc) », a dit le ministre.

Elle offre, à ses yeux, à l'Afrique, une occasion unique d'accroître son poids commercial et d'accélérer le commerce intra-africain. « La Zleca a le potentiel de stimuler le commerce intra-africain de 52,3 % en éliminant les droits d'importation et de doubler ce commerce si les barrières non tarifaires sont également réduites », a-t-il ajouté.

Outre la meilleure harmonisation et la coordination de la libéralisation des échanges, le ministre du Commerce affirme qu'elle constitue également une opportunité « pour renforcer la compétitivité des entreprises sénégalaises, densifier le tissu industriel, accroître la part de notre continent dans le commerce mondial estimé actuellement à moins de 3 % et contribuer à la transformation structurelle des économies africaines et in fine au développement de nos pays ».

Au Sénégal, près de 50 % des exportations sont destinées au marché africain. La Zleca, estime Alioune Sarr, est un atout qui permet de se « connecter aux chaînes de valeurs régionale et continentale».

La directrice du Commerce extérieur Assome Aminata Diatta, par ailleurs secrétaire exécutive du comité national des négociations commerciales internationales, souligne que dans un continent où l'ambition « est de développer l'industrie, de créer des emplois pour les jeunes et d'améliorer le bien-être des populations, la Zleca est un atout pour un pays comme le Sénégal ».

Elle soutient que le processus est irréversible. Pour atteindre les objectifs, le ministre invite les experts à travailler sur le plan d'action, sur la réduction du coût des affaires et des transactions commerciales mais également sur l'amélioration de la compétitivité des entreprises nationales.

Sénégal

Tony Elumelu – « L'émergence de l'Afrique passera par les PME-PMI »

Le philanthrope nigérian  Tony Elumelu est formel : « L'émergence de l'Afrique… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.