Congo-Kinshasa: Présidentielle - Début de l'enregistrement des candidatures

Enregistrement des candidats aux élections provinciales (archive)

A cinq mois des élections, la République démocratique du Congo entre dans le vif du sujet et dans le concret de ces scrutins maintes fois reportés. C'est à partir de ce mercredi que les candidats pour la présidentielle doivent déposer leur dossier. Ils ont jusqu'au 8 août pour le faire. Mais ce n'est que mi-septembre que l'on connaîtra la liste définitive des prétendants. Certaines figures ont déjà annoncé leurs intentions, alors que d'autres, comme le président sortant lui-même, laissent planer le doute.

Le bureau d'enregistrement des candidatures a bien ouvert à huit heures ce mercredi matin dans ce qui sert habituellement de salle de presse au siège de la Commission électorale à Kinshasa. Les dépôts peuvent s'effectuer jusqu'au 8 août entre 8h et 16h30. Chaque jour, promet la Céni, une liste actualisée des candidats ayant déposé un dossier sera affichée. Pas question donc de se présenter en catimini. Les candidats peuvent se faire représenter par un tiers, mais à condition d'être déjà enrôlés sur les listes électorales. Sinon leur présence est obligatoire.

Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, qui étaient hors du pays pendant la révision des listes électorales, doivent donc être physiquement présents pour se porter candidats. Pour les autres, ils peuvent désigner un mandataire, mais celui-ci doit fournir un formulaire de consentement. Autrement dit, selon la Céni, une plateforme électorale ne peut pas décider de présenter une candidature sans un accord écrit de l'intéressé.

Quid de Katumbi et Bemba ?

Tout cela laisse planer beaucoup d'incertitudes sur la liste des candidats. Certains candidats ont fait part de leur intention, mais on ignore s'ils auront le droit de concourir. Comme Moïse Katumbi, toujours en exil, contre lequel plusieurs procédures judiciaires ont été engagées. Son avocat, Me Dupont Moretti a assuré que, selon lui, « en droit » rien ne l'empêche de se présenter, car aucun jugement définitif n'a été rendu contre lui.

Une des procédures a été renvoyée au 10 octobre, l'autre est en appel, quant à l'affaire sur une éventuelle nationalité italienne, interdite par la loi électorale, l'avocat assure qu'elle est basée sur un faux. Mais les autorités l'entendront-elles de cette oreille ? Moïse Katumbi prendra-t-il le risque de rentrer comme il l'annonce ? Alors qu'on s'en souvient, au moment de son départ, Kinshasa avait promis de l'arrêter dès son retour.

Incertitude aussi pour Jean-Pierre Bemba. S'il a été acquitté de crime contre l'humanité devant la Cour pénale internationale, il a en revanche été condamné pour subornation de témoin. Ce délit sera-t-il assimilé à de la corruption ? Ce qui l'empêcherait de se présenter, selon la loi électorale. C'est une crainte formulée par son entourage tout en affirmant : « La corruption et la subornation, ce n'est pas la même chose ».

Kabila candidat ?

Tout dépendra aussi d'un éventuel accord au sein de l'opposition pour une candidature commune. Il en est question depuis plusieurs semaines, mais aucun nom n'a émergé jusqu'à présent. Jean-Pierre Bemba, qui a plaidé en ce sens sur RFI, promet de se réunir avec ses camarades de l'opposition à son retour annoncé le 1er août. Mais avec une clôture des candidatures le 8 août, cela laisse peu de temps.

Autre inconnue, l'identité du candidat du camp présidentiel. Pour l'instant, aucune information n'a filtré. Le FCC, le Front commun pour le Congo, formé autour du président Kabila, a promis un candidat unique. Joseph Kabila jure son total respect pour la Constitution sans dire formellement qu'il quittera le pouvoir. Et aucun nom pour un éventuel dauphin n'a encore été annoncé.

Cela alimente les soupçons de l'opposition qui accuse le président de vouloir briguer un troisième mandat même si la Constitution ne l'y autorise pas. Va-t-il tenter un passage en force ? C'est la question qui alimente toutes les spéculations à Kinshasa. Nul doute que tous les regards seront tournés vers la Céni pendant la quinzaine à venir. Fin du suspense sur les intentions de l'actuel président au plus tard le 8 août.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.