26 Juillet 2018

Madagascar: 67 Ha - Un cas suspect de rougeole importé

Madagascar est sur ses gardes devant l'épidémie de rougeole qui sévit à l'Ile Maurice. Une petite étrangère d'un an et demi, ayant fait escale dans ce pays après un voyage à Dubaï, a été admise au centre hospitalier universitaire (CHU) Mère-enfant à Tsaralalàna, le 22 juin, pour suspicion de rougeole.

Le prélèvement effectué sur la victime, analysé dans les laboratoires de l'Institut Pasteur de Madagascar, a confirmé l'hypothèse des médecins.

Cette fillette, habitant aux quartiers des 67 Ha, a attrapé cette infection virale grave, qui a déjà tué trois enfants et qui a fait quatre cent trente cinq victimes à Maurice, selon le bulletin hebdomadaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique.

Le ministère de la Santé publique parle d'un cas importé. «C'est probablement à Maurice qu'elle a attrapé sa maladie. La petite fille avait été en bonne santé à Dubaï. Elle n'avait pas présenté de fièvre, à son arrivée à l'aéroport international d'Ivato.

Ce n'est que quelques jours après que les signes cliniques commençaient à se présenter», souligne le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la Santé, au sein du ministère de la Santé publique, hier. La fillette s'en est sortie indemne.

Faible immunisation

Le ministère monte la garde. Des prélèvements ont été effectués sur cinq autres individus ayant eu contact avec la première victime, étant donné que la rougeole se transmet par les gouttelettes respiratoires produites par la toux ou les éternuements.

« On attend encore les résultats de ces analyses pour confirmer s'ils ont été contaminés ou non », poursuit le Dr Manitra Rakotoarivony. Il y a de quoi être inquiet. Le taux de couverture vaccinale contre la rougeole est faible à Madagascar.

« Si 90 % des enfants reçoivent les doses de vaccin contre la tuberculose ou le bacille de Calmette et Guérin (BCG) après leur naissance, seuls 70 % d'entre eux achèvent le vaccin anti-rougeole qui se fait au 9e mois », explique une fois de plus le Dr Manitra Rakotoarivony.

Engloutis par la survie, ou éloignés des formations sanitaires, les parents privent inconsciemment leurs enfants de ce vaccin, qui protège contre cette infection virale grave. Madagascar est pourtant, à la porte de l'élimination de la rougeole. Le nombre des cas a fortement baissé ces dernières années.

Le ministère de la Santé publique projette de lancer une campagne nationale contre cette maladie virale très contagieuse.

« Une deuxième dose de vaccin anti-rougeole, après le neuvième mois du bébé, sera incluse dans le Programme élargi de vaccination (PEV) national, à partir de l'année prochaine.

L'objectif étant d'atteindre un taux de couverture vaccinale anti-rougeole de 90 %, en 2020 », informe le Dr Bodo Ramamonjisoa, directeur du PEV.

Depuis quelques mois où l'Ebola a fait des victimes en Afrique de l'Ouest et la rougeole à Maurice, le ministère de la Santé publique renforce la surveillance dans les aéroports internationaux, pour repérer précocement les cas suspects.

Mais si ce cas a échappé aux agents de santé à Ivato, d'autres pourraient entrer au pays sans que l'on ne s'en aperçoive.

Madagascar

Le dernier coup de collier de la campagne électorale

On est maintenant dans la dernière ligne droite de cette campagne électorale qui va déboucher sur… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.