Zimbabwe: Le pays prêt à tourner la page Mugabe

Photo d'illustration
27 Juillet 2018

Les Zimbabwéens s'apprêtent à vivre les premières élections libres depuis le départ de Robert Mugabe en novembre 2017. La Zanu-PF espère conserver le pouvoir, tandis que le MDC voit une chance historique d'y accéder.

Jusqu'à samedi (28 juillet), les partis politiques sillonnent le pays pour convaincre les électeurs de voter pour eux.

La campagne s'est déroulée dans un climat apaisé, contrastant avec les précédentes élections.

Contrairement à leurs prédécesseurs, le président Emmerson Mnangagwa, candidat de la Zanu-PF au pouvoir, et son principal rival Nelson Chamisa, du Mouvement pour le Changement démocratique (MDC), ont évité les attaques personnelles l'un envers l'autre.

Tous deux se disent prêts à assumer les plus hautes fonctions de l'État. Emmerson Mnangagwa, lors d'un meeting électoral:

"Nous gagnerons cette élection dans les urnes. Une victoire éclatante de la Zanu-PF est en route. La victoire est certaine. Nous attendons tous de la célébrer le 30 juillet."

Le chef de l'opposition pense pour sa part que c'est avec lui et aucun autre que les Zimbabwéens tourneront définitivement la page Mugabe :

"Le peuple veut que nous mettions fin à la dictature, à la pauvreté, à la tyrannie et au désespoir. Il veut que nous venions à bout des problèmes auxquels il a fait face ces 38 dernières années. Nous avons fait de notre mieux pour faire campagne et vous devriez savoir que notre victoire est certaine."

L'opposition craint des fraudes

Le ton est tout de même monté cette semaine : mercredi, Nelson Chamisa a accusé la commission électorale du Zimbabwe de vouloir truquer les élections au profit de la Zanu-PF, toutcomme au temps de Mugabe.

Alexander Rusero, professeur en journalisme et en politique internationale au Collège polytechnique de Harare, pense néanmoins que la crédibilité des élections est assurée. Et c'est, selon lui, particulièrement important pour le parti au pouvoir:

"La Zanu-PF essaie de se légitimer parce que sa légitimité est contestable vu la manière dont Robert Mugabe a été évincé. Emmerson Mnangagwa a désespérément besoin de reconnaissance, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Il a un besoin impérieux de dire qu'il gouverne en fonction des préoccupations du peuple, avec le consentement de l'électorat. Donc cette élection est tout aussi importante pour la Zanu-PF parce qu'elle va mettre un point final à l'épisode sombre de novembre."

5,6 millions d'électeurs pourront déposer leur bulletin dans l'urne lundi. Les résultats ne sont pas attendus avant le samedi 4 août.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.