Madagascar: Exportation - La remontée des cours du cacao favorable à Madagascar

Le cacao malgache a le label « cacao fine »

Ces derniers mois, le cacao est en grande forme. Les cours de ce que les traders appellent la star des matières premières, se sont envolés depuis le mois d'avril dernier en atteignant même les 2 500 dollars US la tonne sur certains marchés.

Grande forme. Cette situation s'explique notamment par la diminution de la quantité de l'offre, principalement du côté des plus grands pays africains producteurs que sont le Ghana et la Côté d'Ivoire. Cette grande forme du cacao fait oublier la situation d'il y a un an où la filière était en crise, avec un prix qui a reculé de 40% à cause d'importants excédents de stock. Il y a un an, d'excellentes conditions météorologiques et des taux de change favorables avaient en effet soutenu les exportations des grands pays producteurs. Depuis avril, la situation a changé et le cacao a maintenant le vent en poupe. Et d'après les experts, cette embellie peut encore durer. Une situation qui peut être favorable à Madagascar, même si le pays fait pour le moment partie des petits producteurs. La Grande Île produit entre 6 000 et 8 000 tonnes de cacao par an, contre une production mondiale de quatre millions de tonnes.

Label « cacao fine ». Madagascar est surtout très connu sur le plan mondial par une filière qui détient le label « cacao fine » délivré par l'Organisation Internationale du Cacao (ICCO), ainsi que la certification Bio. Le cacao malgache est ainsi classé parmi les meilleurs au monde. Le problème, c'est que pour le moment, la filière cacao est encore quasiment au stade artisanal, avec des acteurs qui sont encore des petits agriculteurs. En effet, 95% de la production de cacao provient d'une agriculture familiale paysanne vivant de un à trois hectares de plantation de cacaoyers. Et c'est justement pour renverser la tendance que les autorités, en partenariat avec le secteur privé, a mis en place un projet d'amélioration qualitative et quantitative du cacao malgache. Le Conseil National du Cacao est très actif dans le cadre des projets qui bénéficient d'ailleurs du soutien de l'Organisation Internationale du Cacao (ICCO).

KASAVA. Parmi ces actions de relance figure le projet Kakao Sambirano Vaona (KASAVA), dont l'objectif est de parvenir à une filière cacao durable. Initié depuis octobre 2016, pour ne se terminer qu'en décembre 2019, ce projet vise les petits producteurs de cacao à Madagascar. Ces derniers reçoivent un renforcement des capacités nécessaires pour les bonnes pratiques de la production de cacao fin et résistant aux maladies, selon les critères agronomiques, économiques, commerciaux, sociaux et environnementaux. Ces pratiques leur permettent également d'augmenter les récoltes.

La construction d'infrastructures en eau, assainissement et hygiène profitera non seulement aux producteurs, mais aussi à leurs communautés constituées d'environ 15.000 bénéficiaires directs. Madagascar compte actuellement environ 33.000 producteurs de cacao, principalement des petits exploitants situés dans la vallée du Sambirano. Ils produisent environ 6.000 à 7.000 tonnes de fèves de cacao par an. Plus de la moitié de ces exploitations ont plus de 20 ans d'expérience mais ont une faible densité d'arbres à cacao, ce qui entraîne de faibles rendements. En outre, la filière n'est pas réglementée, les infrastructures laissent à désirer et les agriculteurs reçoivent très peu d'appui de l'Etat et des organisations non gouvernementales, voire pas du tout, conduisant à des rendements très faibles.

Lindt Cocoa Foundation. Ce projet d'une durée de quatre ans vise à changer cette situation en aidant les agriculteurs à améliorer leurs pratiques, et dans une seconde étape, l'amélioration de leurs moyens de subsistance. Compte tenu de sa réussite actuelle, le projet KASAVA sera étendu sur d'autres producteurs qui seront formés dans les quatre prochaines années. Financé par Lindt Cocoa Foundation, ce projet est mis en œuvre par Helvetas Swiss Intercooperation Madagascar et Ramanandraibe Exportation S.A., un des géants de la filière cacao au pays. Outre la formation et le renforcement des capacités pour créer la motivation, les compétences et les capacités des agriculteurs à améliorer leurs pratiques agricoles ; le projet KASAVA prévoit également une évaluation établissant la base des potentiels futurs investissements agricoles et communautaires, pour favoriser un environnement propice et résoudre les contraintes auxquelles les agriculteurs font face afin d'améliorer leurs pratiques.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.