Burkina Faso: Code électoral - L'opposition quitte l'hémicycle, la majorité reste et adopte

Photo: fasozine
Les députés burkinabé à l'assemblée nationale
30 Juillet 2018

Avant de procéder au vote, les différents groupes parlementaires ont défendu tour à tour leur position sur le nouveau code électoral.

A cet effet, les groupes parlementaires MPP, Burkindlim, UPC-RD, appartenant à la majorité, ont tenu à indiquer que cette loi constituait « une avancée démocratique », pour le Burkina Faso. Pour ces députés, il faut un début et le reste viendra au fil des années. En clair, pour la majorité, le processus doit se faire progressivement.

Les députés de l'opposition (UPC, CDP, PJRN), se sont inscrits en faux face à l'argumentaire de l'autre camp. Leurs différentes interventions appelaient au refus de ce projet de loi. Du coup, pour marquer leur désapprobation, les députés de l'UPC, du CDP et du PJRN ont quitté la salle, avant même la tenue du vote.

Face à cette attitude qualifiée de « politique de la chaise vide », Alassane Bala Sakandé, président de l'Assemblée nationale, à témoigner son indignation. Celui-ci soutient que « la politique de la chaise vide n'a jamais payé ».

Malgré l'absence des députés de l'opposition, les votants ont adopté à l'unanimité, le projet de loi portant nouveau code électoral. Le nouveau texte consacre, entre autres, le vote des Burkinabè de l'étranger et ne retient que le siège des ambassades et des consulats pour les opérations de vote.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.