2 Août 2018

Congo-Kinshasa: Santé publique - La maladie à virus d'Ebola resurgit au Nord-Kivu

Photo: OMS / S. Hawkey
Préparation dun vaccin Ebola rVSV Zebov-GP pour injection

Une semaine après la déclaration de la fin de la neuvième épidémie qui a sévi dans la province de l'Equateur, la République démocratique du Congo fait à nouveau face à la maladie, cette fois-ci au Nod-Kivu, dans l'aire de santé de Mangina, territoire de Beni.

L'information a été donnée le 1er août par le ministre de la Santé publique, le Dr Oly Ilunga. Il a indiqué dans sa communication que le 28 juillet dernier, la Division provinciale de la Santé du Nord-Kivu a notifié au ministère de la Santé vingt-six cas de fièvre avec des signes hémorragiques, dont vingt décès dans l'aire de santé de Mangina.

Six échantillons prélevés chez des patients hospitalisés sont arrivés à Kinshasa, le 31 juillet, et ont été analysés par l'Institut national de recherche biomédicale (IRNB). Des six échantillons analysés, a souligné le ministre, quatre se sont révélés positifs à la maladie à virus d'Ebola.

Le Dr Oly Ilunga a assuré que la riposte à cette dixième épidémie s'organise déjà. Une équipe du ministère de la Santé est partie le 2 août de Kinshasa pour Beni afin de mettre en place les différentes composantes de la riposte. Elle est constituée de douze experts dont de laborantins, d'épidémiologistes, de cliniciens psychologues et de médecins pour la prise en charge médicale. Sur place à Beni, il sera aussi acheminé un laboratoire mobile de l'INRB et des équipements de protection individuelle.

Le ministre a fat savoir que toutes les composantes habituelles de la riposte en cas d'épidémie sont activées, à savoir le laboratoire, la prise en charge médicale, la surveillance épidémiologique, la mobilisation sociale et la logistique.

Par ailleurs, a-t-il fait remarquer, en raison de la situation sécuritaire dans les zones affectées, une nouvelle composante sécuritaire a été mise en place afin d'assurer la protection des prestataires de soins déployés et de la population du territoire de Beni qu'il a appelée au calme. « Nous invitons la population, plus particulièrement celle du territoire de Beni et des aires voisines, à garder son calme et à rester dans leur zone de santé afin de pouvoir bénéficier d'une prise en charge adéquate et des traitements en cours d'acheminement », a lancé le ministre Oly Ilunga.

Congo-Kinshasa

Violences en Ituri - Plus d'une centaine de morts en cinq jours

Des décès ont été enregistrés en moins d'une semaine lors des attaques à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.