2 Août 2018

Centrafrique: Course à l'armement, l'ONU tire la sonnette d'alarme

Les Nations unies publient un rapport selon lequel la livraison d'armes russes à l'armée de la Centrafrique a déclenché une course à l'armement chez les rebelles,

En Centrafrique on ignore toujours l'identité des auteurs de l'assassinat des trois journalistes russes retrouvés morts mardi dans le centre du pays. Le gouvernement a confirmé qu'ils ont été tués par neuf ravisseurs enturbannés qui leur ont volé leur véhicule, mais la justice centrafricaine, les autorités russes et la Minusca ont lancé une enquête sur les circonstances des meurtres.

Quoi qu'il en soit, l'arrivée des Russes dans la crise centrafricaine provoque beaucoup d'inquiétudes chez le belligérants. En janvier dernier, en vertu d'une exemption accordée par l'ONU à Moscou à l'embargo sur les armes décrété à l'égard de ce pays, la Russie avait été autorisée à venir en appui à l'armée centrafricaine en reconstruction. Elle a ainsi été lourdement équipée en armes et en munitions, et des instructeurs russes se chargent également de la formation des militaires centrafricains à l'utilisation de ces armes.

Selon le rapport de l'ONU, les factions rebelles pensent que le gouvernement prépare ainsi une guerre contre elles. C'est donc ce qui justifie cette vague de réarmement de ces groupes selon Thierry Vircoulon, chercheur à l'institut français de recherche internationale.

" Ils se préparent en fait parce que l'arrivée des Russes dans la crise centrafricaine, avec des objectifs qui ne sont pas clairs crée beaucoup d'incertitudes et beaucoup d'inquiétudes. Et du coup, les leaders rebelles de l'ex Séléka les voyant venir dans leur territoire, qui est la partie nord-est du pays, en n'étant pas sûrs de leurs intentions préfèrent s'armer davantage en cas de besoin, et pour éventuellement affronter les Faca qui sont appuyés par ces armées russes" explique le chercheur. Les factions rebelles s'approvisionnent en armes en Rdc, au Tchad et au Soudan.

Une situation encore floue

Dans le pays, beaucoup disent ne pas comprendre les réelles intentions du gouvernement qui semble privilégier le renforcement du dispositif militaire à celui du processus politique. Jean-Pierre Mara est député à l'assemblée, il dit s'inquiéter du flou qu'entretien le pouvoir. Selon lui " comme ils sont partis nouer des relations, et que les éléments avec qui ils ont les relations se trouvent être aussi des mercenaires, l'autre côté en face, c'est-à-dire les groupes armés sont partis dans une offensive; et donc nous nous trouvons véritablement devant une confrontation."

Le contenu du rapport de l'ONU est assez explicite. Il devrait pouvoir interpeller le gouvernement centrafricain. La situation telle qu'elle se présente inquiète le chercheur Thierry Vircoulon. Elle risque même, explique-t-il de compliquer la médiation menée par l'Union africaine dans le pays.

Centrafrique

Plusieurs centaines de réfugiés centrafricains quittent le Congo-Brazzaville

Plusieurs centaines de réfugiés centrafricains ont quitté, vendredi 19 octobre, l'extrême… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.