2 Août 2018

Burkina Faso: Monuments historiques à Ouagadougou - L'autre héritage de la Révolution sankariste

Le Conseil national de la révolution (CNR), dès le 4-Août 1983, a entrepris la construction de nombreux monuments et le baptême de certaines places dans la capitale et à l'intérieur du pays, outre la formation politique et idéologique des populations.

Construite en face du camp militaire Guillaume Ouédraogo, la place de la Révolution a reçu à de nombreuses reprises, le président Thomas Sankara et a abrité des rencontres de propagande de la Révolution. "Les autres peuples qui sont à nos frontières ont eux aussi besoin de révolution.

La révolution permettra de lutter contre la faim, la soif, l'ignorance; et de lutter surtout contre les forces de domination néocoloniales et impérialistes", soulignait-t-il avec force en septembre 1985, devant une foule acquise à la cause révolutionnaire.

Quelques années après la disparition du leader révolutionnaire, le site a plus ou moins servi, jusqu' à sa "renaissance" symbolique en octobre 2014 dès les premières heures de l'insurrection populaire, dans une sorte de "deuxième révolution". « Thom Sank » est aussi connu pour ses prises de position en faveur des plus démunis et surtout pour les peuples "martyrisés" du Nicaragua, d'Afrique du Sud ou encore de la Palestine. Il n'hésitera pas à évoquer le sujet lors de rencontres internationales.

"Je veux m'indigner en pensant aux Palestiniens qu'une humanité inhumaine a choisi de substituer à un autre peuple, hier encore martyrisé. Les Palestiniens rappellent à chaque conscience humaine la nécessité et l'obligation morale de respecter les droits d'un peuple", avait-il martelé le 4 octobre 1984 à l'Assemblée générale des Nations unies.

Dans la capitale burkinabè, ce combat pour la libération du peuple palestinien a été matérialisé par l'érection d'une statue à l'actuel Rond-point de l'Olympisme, en face de l'Ecole nationale de Police.

Ce monument de près de 2 mètres trône de nos jours dans un paysage de tas de ferraille à la direction de la propreté de la commune de Ouagadougou. Une année auparavant, soit le 2 octobre 1983, "Thom Sank" présentera ce qui a constitué la référence idéologique de la Révolution. Il s'agit du fameux Discours d'orientation politique (DOP). A cette occasion, il s'exprimait en ces termes:

"D'où sommes-nous venus, et où allons-nous? Ce sont là les questions de l'heure qui exigent de nous une réponse claire et résolue si nous voulons marcher hardiment vers de plus grandes victoires".

Erigé en face du Lycée Marien N'Gouabi, le monument du DOP rappelle à la nouvelle génération ce discours mémorable, consigné dans les annales de la Révolution. Baptisé «La bataille du rail», le projet de construction d'un chemin de fer Ouagadougou-Kaya-Tambao, a été lancé le 1er février 1985 par le président du CNR.

Le sous-sol de Tambao (situé à 340 km de Ouagadougou) regorge, en effet, de gisement de manganèse dont la capacité de production annuelle est estimée entre 500 000 et 600 000 tonnes de minerais.

De plus, selon une étude réalisée, à l'époque, par une firme canadienne (1984), le gisement de manganèse de Tambao pourrait dégager, 140 milliards de francs CFA de valeur ajoutée, 22 milliards de francs CFA de recettes par taxe à l'exportation, 152 milliards de francs CFA d'apport au Produit national brut.

Mais dans la vision de Sankara, ledit projet, en dehors de l'exploitation de gisement, devait permettre de désenclaver le Sahel. Face au refus des institutions financières internationales de financer le projet, Sankara avait décidé de construire les rails avec les ressources propres du pays.

Le peuple dans toutes ses composantes est également mis à contribution pour la pose des rails, bénévolement, jour férié ou non. C'est le début de la "Bataille du rail" représentée de nos jours par le Rond-point de la Bataille du Rail à Ouagadougou.

Burkina Faso

Kemi Seba lance les «Tribunaux populaires» ce 17 novembre 2018 à Ouagadougou

Après avoir secoué l'Afrique francophone sur les questions relatives au manque de souveraineté… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.