Ethiopie: Que de morts !

La guerre entre les deux voisins a causé un drame humain important avec des répercussions non négligeables dans la région.

Dans le verdict rendu le 21 décembre 2005, la Cour d'arbitrage international de La Haye a conclu à une violation des lois internationales par l'Erythrée, lorsque le pays a décidé d'attaquer l'Éthiopie en mai 1998. Ce jugement est venu trancher deux années d'un conflit particulièrement sanglant entre ces deux Etats voisins.

De part et d'autre de la frontière, des milliers de personnes sont tombées sous le feu des tirs des deux armées et d'importants dégâts matériels enregistrés. Selon différents rapports d'enquêtes indépendantes, tout serait parti le 12 mai 1998 au petit matin lorsque les troupes érythréennes décident de lancer l'assaut sur la ville de Badme et plusieurs autres localités dans la région du WoredaTahtay Adiyabo en Éthiopie.

Ne trouvant aucune véritable résistance militaire en face (les défenseurs éthiopiens étant constitués pour l'essentiel de milices), elles vont poursuivre leur plan d'annexion dans le Woreda voisin de La'ilay Adiyabo jusqu'aux terres hautes dans l'est d'Ethiopie.

Une avancée qui ne va que durer quelques jours car l'armée éthiopienne va répliquer par de gros moyens et des attaques terrestres et aériennes. Ce conflit né de la volonté de l'Ethiopie, enclavée, d'avoir accès à la mer et du refus de l'Erythrée de céder une partie de son territoire, va conduire à une véritable bouchée humaine. Les morts sur le carreau se comptent par milliers dans chaque camp.

Malgré les efforts déployés par la communauté internationale, les deux ennemis vont investir d'importants moyens dans le conflit. La médiation menée par la défunte Organisation de l'unité africaine (OUA) et le plan de paix des États-Unis au Rwanda consistant à ramener les belligérants à la raison ne parviendront pas à faire taire les armes.

En plus du langage des armes, Ethiopiens et Erythréens vont se livrer une guerre médiatique faite de propagande, désinformation et d'intox durant les deux années de guerre. Le conflit va finir par se régionaliser d'autant plus que le Soudan et la Somalie vont rentrer dans la danse, chacun au gré de ses intérêts.

Mais il aura fallu attendre le 18 juin 2000 pour voir les colombes de la paix survoler la région avec la signature d'un premier accord de paix global prévoyant en outre l'arbitrage obligatoire de leurs différends dans le cadre des accords d'Alger.

Une «zone de sécurité temporaire» de 25 kilomètres de large est créée à l'intérieur de l'Érythrée, contrôlée par des patrouilles de la force de paix de la Mission des Nations unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE). Le 12 décembre 2000, les accords d'Alger sont signés entre les deux pays.

Conformément auxdits accords en collaboration avec la Cour d'arbitrage de la Haye, une Commission frontalière Érythrée-Éthiopie est créée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.