5 Août 2018

Zimbabwe: Manifestation réprimée - Qui contrôle l'armée?

Au Zimbabwe, après une semaine politique agitée, les rumeurs d'arrestations et d'intimidations vis-à-vis de l'opposition continuent. Le président de la Ligue des jeunes du MDC a été arrêté samedi soir, et sa famille menacée, a annoncé le parti de l'opposant Nelson Chamisa.

De son côté, le chef de l'Etat, Emmerson Mnangagwa, assure que son gouvernement respectera la liberté d'expression. A Harare, les Zimbabwéens se demandent qui a envoyé l'armée tirer sur les manifestants de l'opposition, cette semaine, et qui contrôle les militaires ainsi que la police.

Il y a, d'un côté, un président qui se veut apaisant, assurant qu'il respectera les libertés publiques. De l'autre, l'opposition crie à l'intimidation et aux menaces.

Kevin, un jeune qui a voté pour le MDC, se demande si le chef de l'Etat contrôle les forces de sécurité : « Je lui fais confiance. Mnangagwa veut du bien pour ce pays mais je ne sais pas ce que pensent les militaires qui sont autour de lui, si l'armée a une influence sur tout ce qu'il fait, j'ai des doutes. C'est pour cela que les gens sont en colère. Ils ne font pas confiance à l'armée. »

Qui a donc envoyé l'armée réprimer la manifestation de l'opposition cette semaine ? Pour le chercheur Thierry Vircoulon, cet incident montre qu'il y a deux centres de pouvoir, à savoir le président Mnangagwa d'un côté et le vice-président, Constantino Chiwenga, ex-chef d'état-major de l'armée, de l'autre.

« L'un est un militaire - purement militaire - qui a accédé à la vice-présidence depuis la chute de Mugabe, tandis que l'autre est un "sécurocrate" mais aussi et en même temps, un politicien.

Du coup, ils n'ont pas forcément toujours la même vision des choses. Il est clair que Chiwenga, défendant les intérêts de l'armée, a souvent des positions plus dures et a souvent aussi des réactions plus autoritaires », explique-t-il.

Une dualité qui met le président en difficulté. Ces élections étaient censées être la démonstration qu'il y a un nouveau régime, respectueux des libertés publiques mais cette opération de séduction a capoté, après l'intervention de l'armée qui s'est soldée par la mort de six personnes.

Zimbabwe

Coopération - Le président du Zimbabwé attendu ce lundi 5 novembre à Conakry

Selon un communiqué du bureau de presse de la présidence de la République de Guinée, le… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.