3 Août 2018

Mali: IBK et Soumaila Cissé pour un second tour

Le président sortant, Ibrahim Boubacar Keita, arrive largement en tête avec 41,42% contre 17,80% pour son rival Soumaila Cissé. C'est la première fois au Mali qu'un président en exercice se présente pour un second tour.

C'est à la télévision nationale que le ministre malien de l'administration territoriale Mohamed Ag Erlaf a proclamé les résultats provisoires de l'élection présidentielle avec un face à face Ibrahim Boubakar Keita - Soumaila Cissé au second tour comme en 2013. Ils sont suivis par le candidat Aliou Diallo de l'ADP Maliba qui récolte 7,95% des voix, et de l'astrophysicien Cheick Modibo Diarra de la coalition CMD 2018 avec 7,46% des voix.

Satisfaction dans le camp d'IBK. Mahamadou Camara, porte-parole du candidat. "Comme vous l'avez vu, notre candidat a eu un score de plus de 41%. Ce qui est une performance. Je suis très heureux pour lui parce qu'il a mené une campagne formidable à travers tout le pays ainsi qu'à l'extérieur du pays pendant trois semaines. Il a été à la rencontre du peuple malien et je crois que le peuple malien l'a entendu."

Opposition satisfaite mais compte faire recours

Dans le camp de l'opposition, on se félicite également de ces résultats provisoires. Pour Nouhoun Sarr, membre de la plateforme Ensemble Restaurons l'Espoir, porte-parole du candidat Soumaila Cissé, c'est "le camp du changement" qui est vainqueur de ces élections. "Que ce soit les électeurs qui ont accordé leurs suffrages à Soumaila Cissé, à Aliou Boubacar Diallo, à Cheick Modibo Diarra et à l'ensemble des candidats, quand on fait l'addition, c'est bien évidemment le camp du changement, le camp du rejet d'Ibrahim Boubacar Keita qui l'emporte", explique Nouhoun Sarr.

Chez les partisans de l'homme d'affaires Aliou Diallo, qui arrive 3ème lors de ce scrutin, c'est aussi la réjouissance, mais avec quelques réserves. Cheick Oumar Diallo, chargé de la communication du parti ADP Maliba : "Malgré toute la satisfaction d'être aujourd'hui une force politique incontournable au Mali, nous allons dès à présent introduire un certain nombre de recours auprès des autorités compétentes et épuiser l'ensemble des voies de recours pour rétablir notre candidat dans ses droits et pour rétablir la transparence et la sincérité de ce scrutin."

Une victoire prévisible

Pour Amadou Moussa, enseignant, le classement de ce 1er tour était attendu. "Ce n'est vraiment pas surprise, vu les partis politiques qui sont derrière ces deux grands que sont Ibrahim Boubacar Keita avec le RPM (Rassemblement Pour le Mali) et ses alliés et l'URD (L'Union pour la République et la Démocratie) avec beaucoup d'autres partis qui étaient avec eux. Je crois que c'est un résultat conforme à ce que nous attendions", dit-il.

Le taux de participation au scrutin du 29 juillet se situe à un peu plus de 43%.

Les candidats ont 48 heures pour introduire des recours à la Cour Constitutionnelle. Passé ce délai, la cour valide définitivement les résultats. Après ceci, c'est la campagne qui reprendra ses droits en vue du second tour de la présidentielle malienne prévue le dimanche 12 août 2018.

Mali

Présidentielle - La Mission d'observation européenne rend ses conclusions

Pour le moment, aucun chiffre officiel sur la présidentielle malienne qui s'est achevée ce 12 août… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.