7 Août 2018

Congo-Kinshasa: La RDC dans l'attente de la décision du président Kabila

À quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures pour la présidentielle, on ne connaît toujours pas le dauphin du président Kabila, alors que deux membres de la majorité présidentielle se sont portés candidats.

Quelque 80 millions de Congolais ont les oreilles tendues vers une déclaration du Joseph Kabila. A quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures à l'élection présidentielle, le président congolais devrait, sauf coup de théâtre, choisir son successeur.

Ce choix est aussi attendu par les voisins de la République démocratique du Congo, à commencer par l'Angola et le Rwanda, ainsi que par les Nations unies et les États-Unis, qui envisagent un durcissement des sanctions si M. Kabila se maintient au pouvoir.

Dans cette attente, la question qui est sur toutes les lèvres est de savoir si Joseph Kabila va respecter la Constitution à la lettre ou se représenter.

Mardi matin, le président sortant est longuement apparu sur les écrans à Kinshasa, lors d'une cérémonie militaire retransmise en direct par la chaîne d'État RTNC.

Le chef de l'État a remis l'étendard des armées au nouveau chef d'État major, le général Célestin Mbala, qu'il a désigné en juillet en remplacement du général Didier Etumba.

Deux membres de la majorité candidats

Les principales figures de l'opposition ont déposé leur dossier de candidature: Jean-Pierre Bemba, Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, notamment.

Deux personnalités du camp présidentiel ont également transmis leur dossier à la Céni, la commission électorale nationale indépendante : il s'agit de Freddy Matungulu et de Tryphon Kin-Kiey Mulumba.

Ce dernier, ancien ministre, était jusqu'à récemment un des partisans du maintien au pouvoir du président Joseph Kabila à travers la plateforme "Kabila Désir", qu'il a fondée en 2014. Tryphon Kin-Kiey Mulumba est aussi le dernier porte-parole de l'ancien président congolais Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Zabanga.

La candidature du président du Parti pour l'action n'inquiète pas Alain-André Atundu, le porte-parole du FCC, le Front Commun pour le Congo, de la majorité présidentielle.

Congo-Kinshasa

Kabila n'exclut pas un retour en 2023

L'interrogation en surtitre de cet article est suscitée par le fait qu'un dauphin du président Joseph… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.