8 Août 2018

Mali: L'opposition continue de dénoncer le scrutin du premier tour

Le Front républicain, qui regroupe 18 candidats à la présidentielle ou leurs représentants, ne démord pas : le scrutin présidentiel du premier tour est « un coup d'Etat électoral ». Ils étaient regroupés mardi 7 août à Bamako avec quelques milliers de leurs partisans.

Dans la principale salle du palais de la Culture de Bamako, toutes les 3 000 places sont occupées. Les 18 candidats ou leurs représentants galvanisent le public. « Je pense et je suis convaincu aujourd'hui que le changement est possible avec ce que je vois », estime Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, vice-président du parti La Convergence pour le développement du Mali (Codem), qui a présenté un candidat à la présidentielle

Originaire du nord du Mali, et par ailleurs président d'un groupe armée, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun révèle ce qu'il considère comme un cas de fraude avérée dans une localité de la région de Tombouctou lors du scrutin du premier tour de la présidentielle. « Les urnes ont été bourrées à Goundam. Et je défis n'importe quel juge constitutionnel de m'apporter la preuve qu'il y a eu une élection », lance-t-il.

« Une dictature de la fraude »

« La rencontre d'aujourd'hui, c'est à la demande du peuple malien. Ces élections, les résultats proclamés ne représentent pas la voix du peuple. Le peuple veut qu'on lui restitue son résultat. Là où il y a eu du bourrage d'urnes, il y a eu de la manipulation des résultats. Des bourrages d'urnes, des achats de conscience à ciel ouvert.

Ce sont des pratiques qui peuvent amener notre démocratie à régresser. Donc nous nous levons aujourd'hui comme un seul homme pour dire que nous aimons notre pays. Ce que nous avons en commun, c'est la patrie, c'est le Mali. Et le Mali aujourd'hui connait la démocratie depuis 1991.

Ce sont des Maliens qui ont donné leur vie pour que nous puissions connaître la démocratie. On ne saurait permettre à un régime de venir mettre en péril cette avancée démocratique. C'est l'objet de la rencontre du jour. Aussi alerter la communauté internationale pour dire que les élections qui se sont passées au Mali le 29 juillet ne se sont pas passées dans les conditions de transparence requise », estime Abdramane Diarra, président de la jeunesse de l'Union pour la République et la démocratie (URD), membre de la coalition.

Dans son discours, Soumaïla Cissé, arrivé second au premier tour de la présidentielle, a dénoncé « une dictature de la fraude » lors du scrutin. L'opposition demande en outre le départ du ministre de l'Administration territoriale et de la décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, chargé d'organiser ces élections, ainsi que la publication des résultats, bureau de vote par bureau de vote, pour pouvoir vérifier les chiffres. Plusieurs recours ont été déposés devant la Cour constitutionnelle.

La majorité se défend d'avoir commis des fraudes

Mais pour Mahamadou Camara, porte-parole du candidat Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), ces accusations de fraude ne sont pas justifiées.

« Nous avons assisté à l'une des élections les plus transparentes de toute l'histoire démocratique du Mali. Nous avons une nouvelle loi électorale qui est une coproduction de l'opposition et de la majorité. Nous avons un fichier qui a été audité par un organisme indépendant qui a été accepté par tous, donc un fichier consensuel.

Nous avons de nouvelles cartes d'électeur qui ont été produites et mises à disposition des citoyens sur la base de ce même fichier. Nous avons accepté la présence d'observateurs internationaux au moment de la centralisation. Et je rappelle que dans chaque bureau de vote, l'opposition est représentée par des assesseurs et des délégués qui ont signé des PV de dépouillement. J'ajouterai pour finir sur ce point que la Céni est présidée par un membre de l'opposition et a des membres en son sein.

Par conséquent, je ne vois pas où est la fraude. Il s'agit de manœuvres dilatoires. Les gens sont de mauvaise foi. Ils essaient de déstabiliser le pays. Et cela, je pense que les Maliens ne l'accepteront pas et sauront le leur dire clairement lors du vote le 12 », estime le porte-parole.

Quoi qu'il en soit, les organisateurs du meeting ne le cachent pas, ils ont aussi le regard tourné vers la Cour constitutionnelle qui doit proclamer les résultats définitifs du premier tour de la présidentielle. Ce qui fait que dans le public, certains pensent déjà aux batailles futures : « Les batailles, c'est qu'il faut que la loi soit respectée, il faut que les votes s'organisent normalement », déclare l'un d'eux. « On souhaiterait qu'il y ait des bonnes élections bien entendu le 12. Il y a des pratiques qu'il ne faut jamais reprendre », estime un autre. Le meeting s'est déroulé sans incident, avec un service de maintien d'ordre très professionnel.

Mali

Présidentielle - La Cocem s'interroge sur les résultats dans un rapport

La Cour constitutionnelle malienne doit annoncer les résultats officiels de la présidentielle, en… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.