9 Août 2018

Burkina Faso: Passation de charge au CSC - Quand Désiré Comboïgo écrase une larme

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) a procédé, hier jeudi 9 août 2018, à la passation de charge entre le nouveau président, Mathias Tankoano, et le président par intérim sortant, Désiré Comboïgo. La cérémonie d'installation des nouveaux conseillers a été marquée par de vives émotions, le président sortant n'ayant pu contenir ses larmes.

« Alea jacta est ». Mathias Tankoano a été enfin officiellement installé dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil supérieur de la communication (CSC). Cette installation intervient après les contestations de certaines organisations professionnelles de journalistes, l'AJB et le SYNATIC en l'occurrence. Ces deux structures avaient, en effet, dénoncé la manière dont la désignation des trois conseillers représentant les médias s'est opérée ; notamment «un processus plus ou moins clandestin ».

Mais quelques jours plus tard, cinq (5) associations patronales des médias sont montées au créneau pour rectifier le tir. Elles ont estimé que les désignations ont été faites dans les règles de l'art. La cérémonie d'installation du nouveau Collège de conseilleurs s'est alors faite au grand bonheur des médias et des promoteurs d'agences de communication qui l'attendaient impatiemment.

Ladite cérémonie vaut également son pesant d'or car elle vient mettre fin au tumulte que cette institution a connu depuis l'ère Nathalie Somé. Le président par intérim sortant, Désiré Comboïgo, n'a pas pu résorber la crise qui secouait l'institution de régulation de la communication. N'est-ce pas là tout l'enjeu de la présence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba et de celle de nombreuses personnalités dont des présidents d'institutions.

Pour le chef du gouvernement, cette journée de passation de charge prouve à souhait la place du CSC dans le landerneau institutionnel burkinabè et la volonté de résoudre la crise qui plombait son fonctionnement. Le président par intérim du CSC, Désiré Comboïgo, lui, a remercié les différentes personnalités dont le Premier ministre et le Dr Sani Kabir, président du Conseil supérieur de la communication du Niger, d'avoir rehaussé l'éclat de ce moment solennel consacrant l'installation des nouveaux «gendarmes» de la communication.

Il a profité de l'occasion pour exprimer sa gratitude au président entrant et aux nouveaux conseillers avant de faire un bilan de l'ancienne équipe à la tête de l'institution. Au nombre des acquis, on peut noter l'organisation réussie des élections couplées, présidentielle et législatives de novembre 2015 et des municipales de 2016 ; l'amélioration du traitement salarial du personnel du CSC.

L'occasion s'y prêtant, le président a fait son mea culpa et demandé pardon à tous ceux qui ont été touchés par l'imbroglio qu'a vécu le CSC. L'émotion a eu la part belle tout au long de ses propos, et il était presque au bord des larmes. Il n'a pas manqué d'évoquer les différentes mesures qui ont été prises pour pallier ce genre de situation ; la relecture du règlement intérieur et le projet d'un nouvel organigramme pour mieux articuler les relations entre le collège des conseillers et l'administration.

«Le peuple des médias et des agences de communication vous attend au quai. Faites en sorte qu'il vous accueille à l'arrivée avec des fleurs», a indiqué Désiré Comboïgo. A sa suite, c'est le président du CSC du Niger, représentant la plateforme de régulation des médias de l'UEMOA et de la Guinée Conakry, qui a félicité Marcel Tankoano pour son élection et les autorités burkinabè qui ont su juguler la crise que traversait l'organe.

Le nouveau président, Mathias Tankoano, nommé le 20 juillet dernier, a traduit toute sa reconnaissance au Premier ministre et à toutes les personnalités pour leur présence effective, sans oublier ses nouveaux collaborateurs. Leur présence dénote, selon ses propos, l'ancrage institutionnel du CSC. Il a rendu un grand hommage à ses prédécesseurs pour le travail abattu. Le natif de la Tapoa a mesuré toute la complexité de sa mission mais a promis de relever les défis avec la collaboration de toutes les parties prenantes afin de redonner à cette institution ses lettres de noblesse.

Des intermèdes musicaux ont été assurés par les artistes Bamogo de Nobéré et Maria Bissongo. La photo de famille et les félicitations des parents et amis ont mis fin à la cérémonie.

Burkina Faso

Thomas Sankara, le symbole vivant

On peut tuer un homme mais pas ses idées, disait-il. Effectivement, car de jour en jour, ses idées… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.