9 Août 2018

Congo-Brazzaville: 6e art - La Cie Théâtre des Marconte annonce un nouvelle création de la pièce "Mbong'wa Balong"

La résidence de création du spectacle pluridisciplinaire de cinquante-cinq minutes utilisant des marionnettes portées, à gaine, à fils et à silhouettes aura lieu en octobre, soit à Kinshasa à l'Institut français (Halle de la Gombe), soit à Matadi dans la province du Kongo central.

"Mbong'wa Balong" (argent des enseignants dans un dialecte du Grand Bandundu), est un spectacle créé depuis 2013 sur demande de l'association italienne Patrizio Paoletti. Il avait été présenté à l'espace Masolo à Kinshasa, du 1er au 23 janvier de la même année, puis au quatrième séminaire de formation des enseignants et administratifs des écoles organisé par cette association italienne, dans le cadre du programme pédagogique pour le troisième millénaire. Ce programme encourage l'illustration pédagogique ainsi que l'utilisation efficiente de l'internet dans l'enseignement. La Compagnie théâtre Marconte (Marmite des conteurs) pense de la sorte entrer en contact avec des enseignants afin de sortir d'une certaine routine pédagogique. C'est ainsi que du 10 avril au 23 mai 2013, il y a eu une deuxième création de "Mbong'wa Balong" à l'Espace Masolo, avant sa présentation à l'Institut Mont-Amba vers l'Université de Kinshasa. Mais depuis, il n'y a plus eu de présentation de ce spectacle.

Sunda Masampu Ngonde, alias Skonde, auteur de la pièce, a donc travaillé sur une nouvelle création de celle-ci dont l'objectif est d'amener le gouvernement à assumer pleinement ses responsabilités dans l'enseignement et l'éducation de la jeunesse. Aussi les enseignants doivent-ils respecter leur vocation et les parents devraient veiller à l'éducation de leurs enfants. La particularité du spectacle est de débuter par une forte comédie et finir dans un silence tragique. C'est l'histoire d'un enseignant qui a dix-sept enfants dans sa classe et n'est pas rémunéré depuis 241 mois. Il étale souvent sa misère à qui veut l'entendre, même à ses élèves. De ce fait, il a perdu son autorité devant sa femme et dans sa communauté. Il devient cumulard et ce qu'il dispense comme enseignement est biaisé à cause de cette injustice du gouvernement.

« Depuis plus de vingt ans, le niveau d'enseignement scolaire en RDC s'est sensiblement dégradé pour des raisons d'ordre social et politique. Les enseignants qui étaient socialement respectés et bien rémunérés au lendemain de l'indépendance ne le sont plus depuis la décennie 1980. L'État a négligé ce secteur vital de la vie nationale, les salaires des enseignants sont devenus insignifiants, la misère a élu domicile dans leur vie, aussi se sont-ils livrés à des pratiques prohibées pour survivre : monnayage des points, mendicité, chantage, etc. Le métier étant chosifié, ils sont devenus cumulards et les élèves ont été sacrifiés par rapport à la qualité de l'enseignement. Et depuis plus de trente ans, la situation n'a pas du tout évolué. Nous avons créé cette pièce pour interpeller les autorités concernées afin d'améliorer cette situation », a expliqué Sunda Masampu Ngonde, résumant la note d'intention de la pièce. Lui qui est né en 1985 a grandi avec cette situation chaotique de l'enseignement scolaire en RDC.

L'idée et le scénario de " Mbong'wa Bal ong" sont de Sunda Masampu Ngone Skonde et Martin Makitakow. La mise en scène est de Célestin Kauset Mokono. La régie est assurée par Mavi Wenzi. La conception des marionnettes est de Skonde, assisté de Chardy Masamuna, avec les comédiens Martin Makitakow, Nadine Mbombo, Belor Mulopo et Chardy Masamuna. Skonde est soutenu dans la production par le Centre de recherche et de représentation d'œuvres d'art.

Congo-Brazzaville

Le Congo-Brazzaville n'est pas candidat

Le ministre des Sports et de l'Education physique congolais, Hugues Ngouélondélé, a indiqué… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.