13 Août 2018

Tunisie: Corvéables à merci !

Cette mesure a redonné, dès l'aube de l'Indépendance, à la femme toute sa dignité en assurant son émancipation au sein de la famille et dans la vie publique et en l'intégrant dans le secteur économique sur un pied d'égalité avec l'homme.

Cependant, il est regrettable de constater que, dans le milieu rural kairouanais à titre d'exemple, et qui représente 80% de toute la population du gouvernorat, les femmes sont souvent désavantagées. Les vieux préjugés sont toujours vivaces même chez les femmes elles-mêmes.

Certes, au cours des dernières décennies, on a pu constater de nombreuses améliorations, mais il reste beaucoup à faire.

Si, dans le service public, le principe «à travail égal, salaire égal» est devenu réalité et que tous les fonctionnaires, employés et ouvriers de la fonction publique reçoivent une rémunération identique, selon la catégorie de salaire à laquelle ils appartiennent, on constate que, dans le privé, la femme demeure, à maints égards, désavantagée et son activité reste sous-évaluée en tant que travail physique non épuisant.

En effet, non seulement elles élèvent leurs enfants, assument des tâches qu'il convient d'assimiler à une activité professionnelle, mais aussi, ce sont elles qui vont chercher l'eau, coupent le bois, cueillent les fruits et portent les lourds fardeaux. En plus de ses activités agricoles, la femme rurale s'adonne à d'autres travaux pour nourrir sa famille, comme l'élevage, la préparation de la tabouna pour la vendre sur le bas-côté des routes. D'autres fabriquent des produits artisanaux ou travaillent comme aide-ménagère.

Il va sans dire que sa journée est tellement remplie d'activités exténuantes qu'elle ne trouve même pas le temps de s'accorder un petit moment de répit. Entre abreuver les vaches, contrôler les poulaillers, répandre les grains aux volaillers, préparer le repas et allaiter le tout dernier nourrisson, elle est souvent au bord de la dépression. Malgré cela, elle accepte de travailler au noir, supporte toutes les déceptions et les trahisons du mari qui la délaisse pour une femme plus jeune, plus sexy, lutte pour gagner sa vie car elle désire fuir le cauchemar de la misère et du chômage.

Jeune ou âgée, diplômée ou non, elle travaille souvent dans le secteur informel, sans aucune sécurité sociale, ni assurance.

S'agissant des filles, elles continuent a endurer les répercussions d'une infrastructure défaillante, ce qui entrave leur scolarisation.

Faute d'accès au savoir, de nombreuses jeunes filles rurales sont vouées à l'exploitation domestique dans les villes.

Autant de ressources humaines vouées donc aux travaux dégradants, voire humiliants.

Notons dans ce contexte que le fléau de l'abandon scolaire touche surtout les filles, et ce, à cause de difficultés d'ordre social et économique, sans oublier le côté organisationnel des établissements scolaires et la gestion du secteur éducatif.

Khadija Brahmi, 20 ans, originaire de la localité de Djebel Ouesla, nous parle de son regret d'avoir été contrainte de quitter l'école à l'âge de 11 ans : «Comme nous habitons à 8 km de l'école et que nous ne disposons pas de transport rural, j'ai connu avec mes sœurs les dangers des longs trajets à pied avec la présence de délinquants et d'animaux sauvages, cela sans oublier l'absentéïsme des enseignants et l'absence de blocs sanitaires, ce qui nous oblige à faire nos besoins dans les champs. C'est pourquoi, notre père nous a obligées à quitter l'école pour préserver notre intégrité physique. Et depuis, nous nous occupons des travaux agricoles et nous ignorons ce qui se passe dans le monde!»

De nombreux décès de travailleuses agricoles

Par ailleurs, l'accès de la femme rurale aux différents services publics (santé, transport, éducation) n'est pas toujours garanti. En général, elle met en moyenne 5 km à pied pour se rendre au dispensaire le plus proche et qui manque de médicaments, d'équipements et de médecins. Or, tout le monde sait que sa santé est fortement mise en danger en raison de son exposition aux différents pesticides et produits chimiques.

Cela sans oublier les problématiques qui l'empêchent de bénéficier de ses droits économiques et sociaux, et ce, malgré le fait qu'elle joue un rôle important dans le développement de sa région et contribue à la réalisation de la sécurité alimentaire. Etant exploitée aussi bien par l'employeur que par le milieu familial, elle est confrontée à un autre problème relatif au transport dans des véhicules de fortune pour accomplir des tâches de collecte ou de cueillette, de sa charge, de plantation, de moisson ou de battage.

En effet, on a enregistré au cours des dernières années une série d'accidents de la route dont celui qui a eu lieu dans la zone rurale de Aouled Chamekh (délégation de Bouhajla) et qui a causé de graves blessures à 8 ouvrières. Deux jours plus tard une collision frontale a eu lieu entre deux camionnettes au niveau de la route située entre Menzel Mhiri et Hmidet (délégation de Nassrallah), ce qui a provoqué le renversement d'un véhicule transportant une quarantaine de femmes dont 35 ont été blessées grièvement. Ce qui a nécessité leur transfert vers les hôpitaux de Kairouan où elles ont été hospitalisées. Selma Oueslati, une jeune ouvrière, qui a été fracturée au niveau de la jambe, nous précise qu'elle a été obligée d'aller chaque jour avec une trentaine d'autres femmes dans les camionnettes vétustes pour travailler dans différentes parcelles agricoles pour un salaire dérisoire (10 D par jour), et ce, afin de subvenir aux besoins de sa famille, étant donné que son père est décédé.

Notons que beaucoup d'associations et d'ONG ont appelé à l'institution de lois relatives à l'amélioration des conditions de travail des agricultrices et de protection les ouvrières exerçant des activités agricoles des risques de transport non sécurisé. Et tout le monde a accueilli avec beaucoup de soulagement les décision prises lors du CMR du 8 août 2018 concernant l'intégration de la femme rurale dans le processus de couverture sociale avec la signature d'une convention permettant à 500.000 femmes rurales de bénéficier d'une couverture sociale.

Tunisie

Béji Caïd Essebsi confirme la fin du consensus avec le parti Ennahda

En Tunisie, le président est intervenu lundi soir à la télévision. Dans un entretien en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.