13 Août 2018

Afrique: Migrants - L'Aquarius de nouveau en errance en Méditerranée

Photo: Ilaria Vechi/IPS.
Des réfugiés au large de Lampeduza(Italie).

Quelque 141 personnes secourues par l'Aquarius attendent depuis vendredi 10 août un port de débarquement. Le navire humanitaire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, qui se trouve actuellement entre Malte et l'île de Lampedusa, a porté secours à deux embarcations au large de la Libye.

C'est la première opération de sauvetage de SOS Méditerranée depuis le mois de juin. A l'époque, après le refus de l'Italie et de Malte d'accueillir le navire, l'Aquarius avait attendu neuf jours en mer avec 600 personnes à bord avant de pouvoir aborder finalement en Espagne.

L'opération de vendredi a été coordonnée par la Libye, mais elle n'a pas été jusqu'au bout : les autorités libyennes ont rapidement indiqué à l'Aquarius qu'elles ne lui indiqueraient pas de port sûr pour débarquer et elles l'ont renvoyé vers les autres centres de coordination. Une situation qui retarde l'accueil des rescapés. Pour la présidente de SOS Méditerranée, Sophie Beau, le recours au Centre conjoint de coordination des secours libyens institué par les Européens est une impasse.

« La Libye ne peut pas évidemment être considérée comme un lieu sûr, donc effectivement conforme au droit international, ils ne peuvent pas nous demander de débarquer des personnes en Libye. Par contre, ce qui devient extrêmement compliqué c'est que cette même autorité, qui est censée coordonner le sauvetage et trouver un port de débarquement, nous dit qu'elle n'en est pas capable, s'alarme Sophie Beau. Et donc là, on voit toutes les limites du modèle tel qu'il nous a été présenté par les autorités européennes et on voit qu'on est dans la confusion la plus totale, dans une impasse, puisqu'aucune autre autorité de coordination des secours pour l'instant n'a pris la responsabilité de désigner un port pour l'Aquarius. »

« On peut s'attendre à des naufrages à répétition »

Aucun pays n'a pour l'instant manifesté sa volonté d'accueillir les rescapés, dont la moitié sont des mineurs et parmi lesquels se trouvent des femmes enceintes et des bébés. SOS Méditerranée appelle les pays européens à « prendre leurs responsabilités » et à désigner rapidement un port où débarquer ces personnes vulnérables.

« Certaines des personnes rescapées ont dérivé pendant 35 heures sur des toutes petites barques en bois qui menaçaient de chavirer à tout moment. Elles ont dit à nos équipes de l'Aquarius qu'elles avaient rencontré cinq bateaux qui ne leur avaient pas porté secours. Nous-mêmes nous avions entendu des conversations radio entre les autorités libyennes et des bateaux sur zone. C'est donc très préoccupant parce que cela veut dire clairement qu'il y a des bateaux qui auraient dû probablement porter secours à cette embarcation, qui ne l'ont pas fait. Dans les circonstances actuelles où il n'y a pas d'entente entre les pays européens pour le débarquement des rescapés, on n'est pas étonnés de cette situation, même si c'est très inquiétant, parce qu'aujourd'hui il n'y a aucun navire humanitaire sur zone. Si les bateaux commerciaux, les navires de pêche, les pétroliers ou d'autres, militaires éventuellement, qui sont sur zone ne portent plus secours, là on peut s'attendre vraiment à des naufrages à répétition, à une catastrophe humanitaire encore plus grande que celle à laquelle on assiste aujourd'hui. »

Cette difficulté à débarquer des rescapés fait craindre à l'association une augmentation du nombre de naufrages, car les navires commerciaux pourraient hésiter désormais à respecter l'obligation de secours en mer. Comme l'explique Sophie Beau, présidente de SOS Méditerranée, des migrants secourus vendredi ont raconté que plusieurs navires étaient passés près d'eux sans leur venir en aide.

Le port de Sète prêt à accueillir l'Aquarius

Le président du port de Sète-Frontignan et ancien ministre des Transports, Jean-Claude Gayssot, a fait savoir à SOS Méditerranée qu'il était prêt à accueillir l'Aquarius, avec à son bord les migrants secourus en mer au large des côtes libyennes, a annoncé France Bleu Hérault ce lundi après-midi. Une information confirmée dans la foulée par l'Agence France-Presse.

« La seule condition c'est d'abord le feu vert des autorités françaises. Je comprends que les choses sont complexes, y compris qu'il faut combattre les passeurs. Mais là, il s'agit de vies humaines. Tout doit être second par rapport à l'humain, par rapport à sauver des vies, des familles, des femmes et des enfants », a-t-il déclaré.

Afrique

Distinction - Le prestigieux prix Nansen de l'ONU attribué à un chirurgien sud-soudanais

La cérémonie de remise du Prix pour l'année 2018 au lauréat, le Dr Evan Atar Adaha, aura… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.