14 Août 2018

Sénégal: Une formation au profit de producteurs de semences à Tivaouane

Thiès — Des producteurs partenaires du GIE Khaly Amar Fall (KAF) de Tivaouane ont pris part, lundi dans la cité religieuse, à une formation sur la production de semences, a appris l'APS.

La session est appuyée par le projet "Action for Enterpride" (AFE) qui aide techniquement et financièrement les entreprises fournisseuses d'intrants agricoles et d'élevage dans la vulgarisation de leurs produits en milieu rural.

Cette session entre dans la deuxième phase du Projet AFE, tournée vers la sensibilisation sur la commercialisation des semences certifiées d'arachide, la première ayant porté sur la vulgarisation du riz Nérica 4, a indiqué Moussa Faye, gestionnaire de programme dans ledit projet.

En travaillant avec les entreprises, l'idée est de favoriser la pérennité de l'activité parce qu'en général "les activités s'arrêtaient à la fin des projets classiques".

"La semence est le premier intrant. Sans semence on n'arrivera jamais à cultiver" a, quant à lui, noté Adama Keïta, spécialiste en sciences et techniques de semences. Il a rappelé les exigences auxquelles est soumise la production de semences en termes de respect du processus scientifique et technique, ainsi que de normes internationales.

"Les normes de la CEDEAO en la matière ont été adoptées par 17 pays, soit les Etats-membres en plus de la Mauritanie et du Tchad et des peines sont prévues par les contrevenants aux règles de production de semences", a-t-il expliqué.

Le projet utilise des semences certifiées issues de "variétés connues" créées par l'ISRA et qui sont par la suite démultipliées. KAF qui intervient dans la production de semences depuis 1992, fait "beaucoup d'efforts" dans ce domaine, en recrutant des techniciens, a dit M. Keïta.

Ajoutant que le groupement contractualise avec des producteurs auxquels il fournit des semences sélectionnées. Et il est attendu d'eux qu'ils revendent leurs productions au GIE qui, à son tour, les cède à l'Etat, a-t-il expliqué.

"Les producteurs ont besoin de formation en culture de semences", a relevé Modou Fall, président du GIE, pour qui, une "bonne maîtrise des techniques aussi bien de production, de conservation que de stockage de semences, permet d'éviter certaines pertes".

M. Fall a saisi l'occasion pour appeler l'Etat à accompagner les producteurs dans la maîtrise de l'eau, notamment en réalisant des forages à usage agricole, pour palier les déficits pluviométriques comme la zone en connaît en ce moment.

Cela pourrait, a-t-il dit, "permettre aux producteurs de cultiver des semences en saison sèche, ou anticiper pour compléter le cycle avec l'eau de pluie, ou encore démarrer en fin d'hivernage pour boucler avec l'irrigation".

Cette formation des producteurs de Tivaouane sera suivie, mardi à Thiès, de celle des agents techniques et des commerciaux du GIE Khaly Amar Fall, et la semaine prochaine à Foundiougne d'une autre session, annoncent les organisateurs.

Sénégal

Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade

De passage à Paris pour le centenaire de l'armistice de 1914-1918, le président sénégalais a… Plus »

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.