14 Août 2018

Burkina Faso: Coalition contre les crimes impunis

La Coalition contre les crimes impunis au Burkina Faso, avait prévu, le samedi 28 juin 2014, la tenue d'un meeting de protestation à la Place de la Nation de Ouagadougou. La manifestation n'a pu avoir lieu, faute d'une autorisation du chef d'état-major général des armées.

Le meeting de protestation prévu le samedi 28 juin 2014 par la Coalition contre les crimes impunis au Burkina Faso n'a, finalement, pas eu lieu. En effet, les manifestants ont été priés de libérer la place de la Nation par les forces de l'ordre, parce qu'ils n'auraient pas obtenu l'autorisation de manifester en ces lieux.

La Coalition, pour sa part, dit être surprise par cette interdiction. «Nous avons demandé l'autorisation au nom du mouvement associatif Faso Mogoya qui milite pour la promotion des droits de l'homme. Nous sommes allés au niveau de l'état-major général des armées déposer la demande et c'est là-bas qu'il nous a été conseillé d'aller à l'arrondissement n°2 de la mairie pour déposer aussi une demande .

Ce qui fut fait », a confié Boubacar Balima du mouvement "Brassard Noir", membre de la Coalition. Le président du Collectif anti-référendum, Hervé Ouattara, a estimé que ses camarades et lui ont reçu l'autorisation de la mairie « et nous avons négocié au niveau du chef d'état-major».

A l'entendre, le chef d'état-major les aurait appelés dans la matinée du samedi de venir récupérer l'autorisation. «Mais comme nous sommes pris dans l'organisation, nous n'avons pas pu aller », a-t-il déclaré.

Sur le lieu de la manifestation, la gendarmerie leur a signifié que ce sont les deux documents qui les autorisent à manifester, alors qu'ils n'ont pas en leur possession, l'autorisation du chef d'état-major général des Armées. Finalement, les protestataires ont déserté les lieux dans l'espoir de pouvoir faire entendre leur message dans les prochains jours.

La manifestation du samedi avait pour but d'interpeller l'opinion nationale et internationale sur la situation des crimes au Burkina Faso mais aussi demander la réouverture de l'ensemble des dossiers pendants en justice.

La Coalition a pour mission de contribuer à lutter contre les crimes de sang, faire la lumière sur tous les crimes impunis et travailler à soigner l'image de la justice burkinabè.

Burkina Faso

Le CDP plaide pour le retour de Blaise Compaoré au pays

Au Burkina Faso, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l'ex-parti au pouvoir, a… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.