16 Août 2018

Tunisie: La grogne des serveurs

«Cela fait, murmure-t-il, vingt ans que je pratique ce sale boulot. Si sale que je changeais de boîtes comme de chemise, en raison des conditions lamentables dans lesquelles je travaillais.

Certes, je reconnais que j'étais parfois à l'origine de mon renvoi. Et cela, je le mettais au passif des erreurs de la jeunesse. Mais, croyez-moi, dans 80% des cas, je m'en allais de mon propre gré, lassé que j'étais par les sombres perspectives qui se profilaient à l'horizon de mon métier».

Corvée quotidienne

A l'image de notre interlocuteur, tous ses semblables, oserons-nous écrire, paraissent insatisfaits en évoquant , à l'unisson, «une corvée quotidienne devenue de plus en plus insupportable». En effet, outre la fragilité du cadre juridique réglementant l'exercice de leur profession, ils se plaignent de la persistance de leurs rapports tendus tant avec leurs patrons qu'avec certains clients. «Il n'est pas rare, indique Hamadi, de voir des employeurs nous traiter comme des esclaves en nous engueulant, pour une raison ou pour une autre, mais dans la plupart des cas, injustement.

Il y en a même ceux qui, pour un oui ou pour un non, nous bombardent de menaces de renvoi. Quant au volet clients, eh bien tout dépend de votre chance car certains d'entre eux sont tout simplement intenables et ingérables. Et cela pour moult raisons : arrogance, caprices, état d'ébriété manifeste, refus de règlement de la facture et j'en passe. Il faut donc s'armer d'un calme olympien et du cœur le plus froid du monde pour pouvoir supporter toutes ces calamités». Et les videurs mobilisés à l'entrée de l'établissement?

«Ils n'interviennent généralement qu'in extremis, c'est-à-dire après la... salve d'insultes que nous balance le client en état d'hystérie», répond Hamadi qui souligne que «l'argent ne vaut rien devant la dignité de l'être humain».

Grève en vue ?

Pour notre interlocuteur, «cette situation ne doit pas continuer, car il s'avère qu'elle a atteint le point de non-retour. L'heure est donc à l'action et nous ferons tout pour préserver nos droits». C'est pourquoi, apprend-on, un mouvement de grève des serveurs est attendu pour les jours à venir. Le syndicat concerné donnera-t-il son feu vert ? Ou en reportera-t-il la date pour des raisons économiques, s'agissant actuellement de la saison estivale, période de forte consommation dans les cafés, restaurants, brasseries et hôtels ? Rendant l'ascenseur, le gérant d'un restaurant de la capitale parle d'un «faux problème», en précisant (jurant ?- que «les serveurs abusent de revendications impossibles, en dépit de la protection de leurs droits légitimes) et de l'argent fou qu'ils gagnent par salaires, primes et pourboires interposés. Certes, ignorer l'existence de cas d'injustice équivaut à totalement mentir. Mais, de grâce, relativisons, en se gardant de généraliser des actes isolés».

Tunisie

Béji Caïd Essebsi confirme la fin du consensus avec le parti Ennahda

En Tunisie, le président est intervenu lundi soir à la télévision. Dans un entretien en… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.