16 Août 2018

Tunisie: Un saut dans l'inconnu

Le président Ghassen Marzouki se mord, à coup sûr, les doigts d'avoir laissé filer cet entraîneur et de le voir maintenant à la tête du staff technique de l'USTatatouine. Les soucis de Hatem Missaoui et son assistant, Saber Sghaïer, ne s'arrêtent pas, à la peur de ne pas faire autant sinon mieux que leur prédécesseur.

L'effectif actuel de la «Zliza» n'est pas rassurant à cent pour cent pour rééditer les exploits et les résultats plus que probants des trois saisons écoulées surtout qu'il a perdu l'une de ses pièces maîtresses et l'un des hommes clés du dispositif et du compartiment défensif qui est le gardien de but Ali Ayari.

La solidité d'une équipe repose avant tout sur une bonne assise défensive qui dépend en grande partie d'un excellent portier dans les buts. Cette règle, le président Ghassen Marzouki se mord aussi les doigts d'en avoir fait fi ou de l'avoir oubliée. Il pensait avoir une bonne carte en main à jouer en engageant l'ex-gardien de l'UST, Naïm Mathlouthi, mais le divorce entre les deux parties a eu rapidement lieu avant même que le mariage n'ait commencé.

Le contrat a été résilié et les solutions de rechange sont plutôt réduites surtout que le gardien de but numéro deux du club Béchir Ben Saïd a été cédé à l'USMonastir. Le troisième regret et non des moindres est d'avoir fait la sourde oreille aux exigences de l'attaquant de pointe de métier Lamjed Ameur qui est passé à l'autre rive et a signé avec le club voisin le SG. En contrepartie, les arrivants ne sont pas de très gros calibre et ne bénéficient pas tous de l'unanimité des supporters «Rouge et Noir» qui ont toujours eu leur mot à dire dans la politique de recrutement du club et qui ne mâchent pas leurs mots pour exprimer leur mécontentement quand les choses sont en déçà des espérances.

L'engagement de l'attaquant buteur mauritanien Mohamed Abdallah Soudani venant de l'UST où il n'a pas démontré grand-chose, des deux Guinéens Ibrahima Soumah et Ahmed Khalil Moulay et le recrutement du trio Atef Mezni, Mohamed Jemaâ Khlij et Alâa Bouslimi ne sont, pour une partie des fans, que du saupoudrage pour calmer les esprits car rien n'indique et n'assure qu'ils réussiront à meubler les postes clés laissés vacants par les nombreux partants. Hatem Missaoui n'a d'autre alternative que de s'atteler à la lourde tâche qui l'attend, de composer avec le peu de moyens financiers et de travailler avec le nouvel effectif en place. La réussite à la tête d'un club qui n'a pas pour habitude de faire preuve de beaucoup de patience et de compréhension quand les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes et des prévisions dépendra largement de sa capacité à surmonter tous les obstacles et à tenir bon le plus longtemps possible.

Tunisie

Béji Caïd Essebsi confirme la fin du consensus avec le parti Ennahda

En Tunisie, le président est intervenu lundi soir à la télévision. Dans un entretien en… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.