16 Août 2018

Sénégal: Sédhiou - Le Gabou lance le monitoring du processus électoral

Les populations du Sénégal se rendront aux urnes le 24 février prochain avec obligation de faire avec les innovations apportées au code électoral et le parrainage. La méconnaissance de ces modifications peut conduire à des sanctions administratives, pécuniaires et même pénales.

Il s'y ajoute des risques de conflits liés à l'interprétation de ces instruments. C'est toute la motivation de l'association de développement le Gabou qui a lancé avant-hier mardi 13 août, une campagne de sensibilisation sur la vulgarisation de ces innovations.

Ce lancement marque le prélude d'une série d'activités de mobilisation, de sensibilisation et de communication de masse sur les innovations apportées au code électoral dont le parrainage. C'est sous l'égide de l'association de développement le Gabou en partenariat avec la Fondation AJWS.

Le préfet du département de Sédhiou, Ibrahima Fall, venu présider la cérémonie officielle de lancement a salué la pertinence et l'opportunité de l'initiative de Gabou. «C'est le lieu de féliciter le président de l'association de développement le Gabou, son équipe et ses partenaires pour cette excellente initiative citoyenne.

Il y'a eu récemment des modifications qui ont été apportées d'abord à la loi constitutionnelle qui a introduit le parrainage intégral. Et ensuite au code électoral qui a subi des innovations qui nécessite un partage avec l'ensemble des acteurs du processus mais surtout avec la population de manière générale ».

Et le préfet Ibrahima Fall de poursuivre sur les risques liés aux innovations. « il y'a des obligations qui pèsent sur les électeurs qui n'ont le droit de ne parrainer qu'un seul candidat et avec tous les risques de sanctions qui en découlent d'ordre administratif, pénale et même pécuniaire ».

De même, le premier adjoint au maire de Sédhiou Abdoulaye Coly, présent à la cérémonie, encourage l'initiative non sans rappeler des scènes horribles de batailles politiques de la décennie 70-80 et qui ont annihilé, dit-il, l'essor de la ville. D'où, selon lui, l'impératif d'une cohésion autour des questions de la gestion de la cité.

Les délégués de quartier, les représentants de partis politiques et des organisations de défense des droits humains ont promis de mettre à profit leur disponibilité et expertise pour accompagner l'association de développement le Gabou dans la mise en œuvre de ce programme citoyen de monitoring du processus électoral dans la région.

Sénégal

Le Marquis du protocole, Bruno DIATTA s'est éteint

Depuis l'indépendance du pays, Bruno DIATTA a tout donné à la République. En grand et… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.