Burkina Faso: Sécurité alimentaire et nutritionnelle - La FAO lance quatre projets d'environ 7 milliards de F CFA

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a organisé, le 14 août 2018 à Ouagadougou, une cérémonie de lancement de quatre projets de réponse aux difficultés alimentaires et nutritionnelles de l'année 2018.

«Assistance d'urgence pour la préservation des moyens d'existence des ménages vulnérables victimes de la crise pastorale au Burkina Faso », « Réponse d'urgence et appui à l'amélioration de la résilience des populations vulnérables dans les zones à risque du Burkina Faso », « Réponse d'urgence et d'appui à l'amélioration de la résilience des populations vulnérables dans les zones à risque du Burkina Faso », « Assistance d'urgence aux pasteurs et agro-pasteurs vulnérables victimes de la crise pastorale au Burkina Faso ».

Ces quatre projets d'une valeur d'environ 7 milliards F CFA ont été initiés par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'Agriculture (FAO) en vue de venir en aide aux populations des régions du Nord, du Centre-Nord, du Sahel et de l'Est. Ils ont été officiellement lancés, le 14 août 2018.

Selon l'associé au Programme à la FAO, Kassoum Bamba, ces projets visent à soulager 23 300 de 12 provinces et 38 communes avec des transferts monétaires de soudure, de protection de moyens d'existence et des activités de résilience sensible à la nutrition dans ces quatre régions.

Et pour la répartition, la FAO a établi des protocoles d'accord avec les services déconcentrés de l'Etat comme partenaires techniques et des ONG comme partenaires opérationnels.

Ces partenaires de terrain de la FAO, a expliqué Kassoum Bamba, vont à la fois identifier les bénéficiaires sur la base de critères bien précis liés à la vulnérabilité des ménages, distribuer les intrants et équipements de production agricole, l'aliment bétail et assurer les formations techniques et les prophylaxies des animaux.

De son avis, le Burkina Faso, à l'instar d'autres pays de la sous-région, est touché par un déficit alimentaire significatif à la suite des facteurs de risque qu'a connu la campagne agropastorale 2017-2018.

« Ceci a occasionné un déficit céréalier brut estimé à 477 448 tonnes et un déficit fourrager important notamment dans les régions concernées », a-t-il dit.

Le conseiller technique du ministre des Ressources animales et halieutiques, Yamba Kaboré, a précisé les risques qu'a connus la campagne 2017-2018. Il a cité la mauvaise répartition des précipitations, les attaques d'oiseaux et les infestations de la chenille légionnaire d'automne.

Soutenir les ménages vulnérables

De ses dires, il ressort qu'il a été recensé en 2018, 22 provinces déficitaires, 8 provinces en équilibre et 89 communes à risque d'insécurité alimentaire.

Consciente de toutes ces réalités, la FAO, afin d'appuyer le gouvernement a entrepris de mobiliser des ressources en vue de soutenir les ménages vulnérables dans leurs activités agrosylvopastorales. L'organisation a pu récolter au niveau interne, 500 000 dollars et 1 035 022 dollars à travers le fonds d'urgence des Nations unies (CERF).

Cette mobilisation interne quoiqu'importante, reste insuffisante pour combler les besoins des populations, a reconnu M. Bamba. C'est pourquoi, a-t-il dit, la FAO a sollicité l'accompagnement de ses partenaires au rang desquels, la Coopération suédoise et la Coopération suisse.

Un appel qui a eu un écho favorable auprès de ces structures qui ont respectivement apporté des contributions de 9 500 000 et 1 300 000 de dollars.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.