17 Août 2018

Mali: Ibrahim Boubacar Keïta élu

Les résultats provisoires rendus publics hier par le ministre de l'Administration territoriale donnent le président sortant vainqueur avec 67,17% des suffrages contre 32,83% pour son rival, Soumaïla Cissé.

Le ministre malien de l'Administration territoriale, Mohamed Ag Erlaf, a communiqué hier les résultats provisoires du second tour de l'élection présidentielle de dimanche dernier.

Sur les 2 677 803 suffrages valablement exprimés, Ibrahim Boubacar Keïta, le président sortant, en obtient 1 798 632, soit 67,17% des suffrages, contre 879 235 voix, soit 32,83% des suffrages, pour son adversaire, Soumaïla Cissé. Sur les 8,462 millions d'inscrits, seuls 2 763 339 Maliens ont voté.

Alors que 856 536 ont préféré jeter un bulletin nul dans l'urne. Soit un taux de participation de 34,54%. Alors que ces résultats devront encore faire l'objet d'une validation de la Cour constitutionnelle, Emmanuel Macron, le président français, et Antonio Guterres, le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) ont présenté leurs félicitations au président déclaré vainqueur. En cas de confirmation de la plus haute juridiction du Mali, IBK devrait être investi le 22 septembre prochain.

Comme il fallait s'y attendre, dans le camp du président réélu, des scènes de joie ont éclaté aussitôt après la publication des résultats. Des militants et sympathisants ont aussitôt investi les grandes avenues de Bamako pour saluer la victoire d'IBK.

Contrairement au Quartier général de Soumaïla Cissé où l'ambiance était lourde. Certains leaders ayant pris la parole au cours d'un échange avec la presse ont rejeté ces résultats et revendiqué la victoire de leur champion. Ils ont ainsi appelé à la mobilisation des Maliens pour dénoncer «la fraude». Soumaïla Cissé doit s'adresser ce vendredi à ses partisans.

Mais les résultats communiqués hier sont tout simplement venus confirmer ce qui se dessinait déjà à l'issue du premier tour. Avec 41,70 des suffrages, Ibrahim Boubacar Keïta partait déjà favori face à Soumaïla Cissé qui n'avait obtenu que 17,78% des voix. En plus, le leader de l'opposition n'a pas pu rallier à sa cause les principaux candidats de l'opposition recalés.

Le fait que ces derniers n'aient pas donné de consignes de vote en faveur de l'opposant ouvrait le boulevard à une réélection de l'actuel locataire du palais de Koulouba. A l'occasion de ce match-retour, IBK réédite ce qu'il avait déjà fait à son adversaire en 2013. Il y a cinq ans, il l'avait remporté haut la main avec 77,61% des voix contre 22,39% pour Soumaïla Cissé.

Mali

Les magistrats grévistes menacent de sortir une affaire de corruption

En réponse à la suspension de leurs émoluments, les deux syndicats de la magistrature malienne ont… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.