20 Août 2018

Burundi: Les jeunes s'insurgent contre le manque d'emploi

Photo: Le Pays
Photo d'archives

Il y a trois ans, Pierre Nkurunziza prêtait serment pour un troisième mandat controversé. Depuis, de nombreux jeunes sont dans une situation de précarité. Ces derniers dénoncent le népotisme et la corruption.

"Il y a du népotisme qui s'applique encore surtout au moment d'engager"

"Souvent on exige de l'expérience. Dans les appels d'offre, souvent on mentionne 2 ou 3 ans d'expérience. Dans ce cas, les jeunes sont alors éliminés d'office."

La dure loi du marché professionnel

Ce sont certaines des difficultés des jeunes Burundais en quête d'emploi. Le chômage frappe particulièrement cette catégorie de la population. Plus de 65% des jeunes de 18 à 35 ans sont des chômeurs. Alors, ils saisissent toutes les occasions d'appels d'offre bien que leurs chances soient très réduites.

Capitoline Niyonkuru est une lauréate d'université à la recherche de son premier emploi. Elle explique ce à quoi elle est confrontée: "Dans les services publics, on ne recrute que s'il y a quelqu'un qui est mort. Il y a des cas où pour recruter on exige une somme d'argent ou un ami ou ton père peut te favoriser pour avoir un post quelconque. Les jeunes n'ont pas de place car ils n'ont pas cet argent pour bénéficier de cet emploi."

Quelques avancées sont notifiées

Chaque année, les étudiants terminent les études et beaucoup se retrouvent dans la rue. Certains jeunes déplorent qu'il n'y ait pas eu, au cours des trois dernières années, de réformes majeures en rapport à la politique d'emploi pour eux. D'autres, en revanche, mettent en avant des avancées dans la lutte contre le chômage malgré les imperfections. Gérard Hakizimana, président de l'association de lutte contre le népotisme et la favoritisme fait une analyse nuancée de la situation."Nous constatons qu'il y a des évolutions, mais dans le secteur privé, nous voyons qu'il y a encore des écoles privées qui utilisent le népotisme et le favoritisme. Mais au niveau du gouvernement, on voit des appels d'offre ça et là, mais s'il y a beaucoup de papiers exigés. Que ces documents soient diminués," explique-t-il.

Pour l'heure, beaucoup de jeunes s'épuisent dans leur recherche d'emploi, jusqu'au dégoût. Ils sont alors de plus en plus nombreux à se lancer dans l'entrepreneuriat et la création de leur propre emploi pour ainsi réduire le taux de chômage qui ne cesse de grimper chaque année. "Nous devons nous assurer une autonomie économique afin de mettre un terme à toute forme de manipulation politique accentuée par le chômage", confie un jeune entrepreneur dans la capitale.

Burundi

Burundi-Rwanda-HCR - Une rencontre tripartite en vue sur les réfugiés

Le ministre burundais de l'Intérieur, Pascal Barandagiye, a annoncé qu'une réunion entre les trois… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.