21 Août 2018

Madagascar: Action coup de poing au parc national des Tsingy du Bemaraha

A Madagascar, le bras de fer continue entre les habitants d'un village de l'ouest de l'île et l'organisme chargé de la gestion des parcs nationaux. Depuis jeudi 16 août, l'accès au parc national des Tsingy du Bemaraha, l'un des sites les plus prisés de l'île, est fortement perturbé par la population locale qui revendique le versement de 50 % des droits d'entrée. Une action coup de poing, au pic de la saison touristique, qui fait grincer des dents des tours opérators.

Ils sont l'un des lieux les plus visités de l'île. L'an dernier, 21 000 touristes ont enduré les 200 km de piste pour venir contempler ces cathédrales de calcaire. Mais depuis six jours, les habitants de Bekopaka, le village où se trouve l'unique entrée du parc National des Tsingy du Bemaraha, laissent entrer les visiteurs au compte-gouttes.

« Le but, ce n'est pas de bloquer les visiteurs. Ce sont eux qui apportent vraiment le développement, ici ! Le but c'est de faire comme une cloche, pour interpeller les responsables, les faire venir remettre à la population riveraine les 50% des droits d'entrée. A Bekopaka, le village où nous sommes, vous ne pouvez pas penser que c'est un village touristique. On ne trouve pas de traces de développement ! », explique Nary Razafinarivo, adjoint au maire du village.

Les autorités locales invoquent le cahier des charges rédigé par Madagascar National Parks dans lequel il est convenu, depuis 1998, que la moitié des revenus issus des billets d'entrée doit être redistribuée aux communes environnantes. Cependant, du côté du gestionnaire des parcs, on rétorque que des redevances ont été versées.

Pour Gisela Rambelomanana, directrice tourisme de l'agence Voyages Bourdon, qu'importe à qui revient la faute, 60 % de sa clientèle étrangère a opté pour le circuit du grand-ouest et ces blocages, à l'entrée du parc, ne donnent pas une bonne image du pays.

« Pour nous tous, en tant qu'opérateurs touristiques, cela nous pénalise forcément. Nous aurons sûrement des réclamations de nos clients qui vont demander à être remboursés par rapport à leur circuit. Et puis avec tout ce qui se passe à Madagascar... Chaque fois qu'il y a des élections présidentielles, on doit passer par des crises et tout ... Il faut donc trouver une solution rapidement pour que cela ne gâche pas notre saison touristique », appelle Gisela Rambelomanana.

Un ultimatum a été posé par les autorités du village. Elles réclament la visite du Directeur général de Madagascar National Parks, avant mercredi soir, pour trouver ensemble une solution. Sans quoi, elles menacent de gérer elles-mêmes le parc des Tsingy du Bemaraha.

Madagascar

Résultats de la présidentielle - P.V original contre tout piratage

La CENI donne l'impression de donner du temps au temps. Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.