Libye: Les autorités appelées à poursuivre les groupes armés en justice

Photo: RFI
Photo d'illustration

La mission de l'ONU dans le pays a publié, le 20 août, un communiqué demandant au gouvernement d'union nationale à traduire en justice les groupes armés entravant le bon fonctionnement des institutions étatiques dans ce pays plongé dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011.

L'appel des Nations unies survient après un nouvel acte de violence commis la semaine dernière contre la Compagnie nationale de pétrole (NOC). Cette compagnie basée à Tripoli a indiqué que des hommes d'un groupe armé qui dépend du ministère de l'Intérieur étaient entrés de force dans l'un de ses sièges pour « arrêter » son patron. Un agissement à répétition et la NOC n'est pas la seule institution libyenne qui en est victime.

Le Fonds souverain libyen d'investissements (la Libyan Investment Authority, LIA) qui gère l'argent du pays à l'étranger a dû quitter récemment ses bureaux du centre de Tripoli pour un lieu plus « sécurisé » à cause des menaces des miliciens. Ceux-ci s'ingéraient dans le travail de ses employés.

Les institutions libyennes sont régulièrement devenues la cible de harcèlements et d'intimidations de la part de groupes armés opérant techniquement sous la coupe du ministère de l'Intérieur du gouvernement d'union nationale. Mais ils agissent selon leur propre agenda et leurs intérêts, surtout quand il s'agit de réaliser un maximum de gain financier.

Tout en condamnant fermement les actes violents des milices envers les institutions libyennes, la mission des Nations unies en Libye appelle le gouvernement d'union nationale et les pays occidentaux à « poursuivre en justice les responsables » de tels actes « criminels». Elle dit vouloir examiner la possibilité de sanctionner ceux qui entravent ou menacent l'action des institutions libyennes.

Le communiqué de l'ONU suit de quelques jours la rencontre, le 18 août, entre le directeur exécutif du Fonds souverain libyen et la conseillère politique de l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Stéphanie Williams.

« Ce n'est qu'en assurant la sécurité et la sûreté des institutions, du personnel et des infrastructures souverains de la Libye que ceux-ci pourront continuer à servir le peuple libyen », a déclaré Stephanie Williams.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.