23 Août 2018

Cote d'Ivoire: Awadi fait chanter Alpha Blondy, Josey, Farka...

Panafricaniste convaincu et fierté culturelle du continent dont l'engagement pour une génération consciente de ses valeurs endogènes à partager dans le village planétaire, Didier Awadi, chantre du rap et du hip-hop en Afrique, ne déroge pas à sa posture dans « Made in Africa », son nouvel album de 23 titres.

Si, un peu quand même ! Car, dans cette œuvre qui a été incubée pendant 5 années au gré de ses pérégrinations sur le continent, le transfuge de Positive Black Soul rompt les amarres avec l'orthodoxie du rap.

Toutefois, sur les basiques de son genre de prédilection, il invite un florilège d'artistes, à l'instar d'Alpha Blondy, l'icône afro-mondiale du reggae, à voguer sur plusieurs musiques dont peut se revendiquer l'Afrique.

Avec lui, à travers « Bamboulisme », il dénonce les rapports de subordinations éhontés qu'entretient « le berceau de l'humanité », pour ne pas en faire sa nécropole.

Outre le reggae et toujours en lien avec la Côte d'Ivoire, Awadi partage les vocalises avec la non moins talentueuse Josey dans « Never give up ». Un savant dosage de rythmes urbains à la sauce hip-hop qui, au plan thématique, est une invite à l'abnégation et au courage, à la jeunesse du continent.

Notons, qu'ayant fait appel à plusieurs arrangeurs, entre Dakar où sont établis son studio et son label, « Studio Sankara », Abidjan, Bamako, Ouaga, Luanda, Jo'Burg... , deux jeunes Ivoiriens y apportent une touche aux confluents du high-life et de la variété ivoirienne additionnelle.

Et même que, Awadi ayant partagé plusieurs projets avec le regretté producteur ivoirien, Jean-Marc Guirandou (Jmg), « Made in Africa » est co-estampillé du sceau de Coast To Coast Entertainment dont le neveu Sheikou a pris les rênes et avec qui, Awadi entend organiser la tournée internationale qui suivra la promotion de l'album. De vive voix, un brin ému, Didier raconte Jean-Marc, expliquant, au passage, comment il a renoncé à des majors internationales, par pure loyauté.

Hommage à Jmg et comme un air de blues !

« Made in Africa » le 6e album de la carrière solo, surfant donc entre styles musicaux, collaborations et générations, avec des thèmes ayant toujours été au cœur de son activisme pour l'Afrique, intègre blues, afro-pop ou encore reggae, en compagnie, faut-il le rappeler, pour certains titres, de son acolyte de Pbs, Duggy-Tee, de seniors comme Ismaël Lô ou de plus jeunes comme la Camerounaise Daniela Ahanda, le Franco-Congolais Dadju, entre autres featurings.

Mais, à bien d'égards, le coup-de-cœur de l'artiste, lui-même, par nous partagé, est « Bamako Blues ». Des riffs de guitare inhérents à l'accent du blues mandingue, il partage avec le fils, Vieux Farka, son admiration musicale pour le père Aly Farka Touré, ombre tutélaire du genre.

Dans ce titre mixé par un jeune arrangeur malien au doigté magique, Awadi emporte le mélomane dans un lyrisme qui n'estompe point sa verve discursive. Il en est de même avec « Mamie Watta », « Manipulation », etc.

Au-delà et en définitive, à l'orée de ses 30 ans de carrière, Awadi s'érige comme un artiste mature, alliant discours engagé et musique élaborée. Le tout pour porter au firmament de la culture universelle un patchwork intelligent des musiques « Made in Africa ».

Cote d'Ivoire

Procès Gbagbo à la CPI - La défense démonte le dossier d'accusation

Laurent Gbagbo, ancien président de Côte d'Ivoire, et Charles Blé Goudé, l'ex-leader des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.