26 Août 2018

Burkina Faso: Attaques de Sollé et de Batié - Les adieux de la Nation au douanier Bado et au policier Bonzi

Photo: L'Observateur Paalga
Inhumation policier et douanier tués : Deux tombes pour un hommage commun

La Nation burkinabè a rendu un dernier hommage au préposé des douanes, Jean De Dieu Bado, et à l'assistant de police, Sandofini Aristide Bonzi, respectivement tués dans les nuits du 21 au 22 août à Batié (Sud-Ouest) et du 22 au 23 août à Sollé (Nord) par des hommes armés non encore identifiés. Après leur décoration à titre posthume, ils ont été inhumés, le vendredi 24 août 2018 au cimetière de Gounghin, à Ouagadougou.

Deux familles (Bado et Bonzi) inconsolables, la douane et la police, meurtries et toute une Nation endeuillée. C'est le désolant spectacle de la levée des corps, suivie de l'inhumation du préposé des douanes, Jean De Dieu Bado, et de l'assistant de police, Sandofini Aristide Bonzi, dans l'après-midi du vendredi 24 août 2018, à Ouagadougou.

Le premier, après seulement sept mois de service dans le corps de la douane, a été fauché par les balles assassines d'hommes armés non encore identifiés qui ont attaqué le bureau des douanes de Batié, dans la nuit du 21 au 22 août 2018. Le second l'a aussi été la nuit suivante à Sollé, après neuf ans, un mois et un jour de « bons et loyaux services ».

De la morgue du Centre hospitalier universitaire de Tengandogo au cimetière de Gounghin, membres du gouvernement, collègues, parents, amis et connaissances étaient dans la consternation.

Pour ce dernier hommage de la Nation, le douanier a été décoré à titre posthume de la Médaille d'honneur des douanes par la ministre de l'Economie, des Finances et du Développement, Rosine Coulibaly, et le policier, de la Médaille d'honneur de la police par le ministre de la Sécurité, Pegdwendé Clément Sawadogo.

Dans l'oraison funèbre, lue par le directeur provincial de la police du Loroum (Titao), le commissaire de police Tanda Diarra, a dit que Sandofini Aristide Bonzi, né en 1983, était « un vaillant combattant qui a toujours donné satisfaction dans l'accomplissement des missions qui lui ont été assignées » et « un fonctionnaire de police sérieux, discipliné et disponible qui donne le meilleur de lui-même ».

La bravoure des FDS

Pour sa part, le directeur régional des douanes du Sud-Ouest, l'inspecteur divisionnaire des douanes, Siaka Zou, a témoigné que le préposé des douanes, Jean De Dieu Bado, né en 1984, sorti de l'école des douanes en 2017 seulement, n'aura rendu service à son corps et à sa Nation, que sept mois.

« Jean De Dieu Bado, malgré ton bref séjour, ton bref passage au bureau des douanes de Batié, tes collègues ne tarissaient pas d'éloges à ton endroit : élément travailleur, dynamique, discipliné, courtois. Moi j'en déduis que ton seul péché était d'avoir voulu servir avec loyauté l'Etat burkinabè en défendant ses intérêts », a-t-il confié.

Toutefois, a estimé le DR des douanes du Sud-Ouest, cet acte barbare, très loin d'entacher le moral, la volonté, la détermination et l'engagement de la troupe, la galvanisera davantage.

« Ces énièmes attaques nous révoltent tous et nous amènent à redoubler d'ardeur, de stratégie, d'ingéniosité et de ressources dans le combat que mène le peuple burkinabè contre ces forces du mal », a soutenu le ministre de la Sécurité, Pegdwendé Clément Sawadogo.

Dans cette douloureuse circonstance, il a présenté les condoléances du gouvernement aux familles endeuillées et les a rassurées de la sincère compassion des autorités. Clément Sawadogo a aussi salué la bravoure des deux équipes qui ont riposté et dont la combativité a évité des bilans plus dramatiques.

« Aujourd'hui, je puis vous dire que dans certaines zones du pays, la peur est en train de changer de camp mais le combat n'est pas encore terminé », a-t-il dit.

La guerre se poursuit, a ajouté le ministre de la Sécurité qui a appelé la population à s'impliquer davantage dans cette guerre asymétrique, même s'il reconnait que de plus en plus, les Burkinabè collaborent avec les Forces de défense et de sécurité.

Au nom des deux familles éplorées, Tamou Bonzi a remercié les autorités, parents, collègues et amis pour leur accompagnement en ces « moments très difficiles » et pour avoir fait le déplacement pour les consoler et essuyer leurs larmes.

En savoir plus

Deux attaques contre des policiers dans la région du Nord

Au Burkina Faso, un policier a été tué dans la région du Nord la nuit du mercredi 22… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.