27 Août 2018

Afrique de l'Ouest: La Côte d'Ivoire et le Ghana main dans la main pour sauver le cacao d'un virus

Les deux voisins ouest-africains, qui représentent 60 % de la production mondiale de cacao, viennent de lancer leur plan de lutte contre le swollen shoot. Il s'agit d'un virus, frappant uniquement en Afrique de l'Ouest, qui attaque les cacaoyers et décime les plantations. Rien qu'en Côte d'Ivoire, environ 300 000 hectares ont été atteints par la maladie. Seul remède : arracher les plants infectés.

Pour montrer leur plein engagement dans le combat contre le swollen shoot, les deux géants du cacao ont décidé de se retrousser les manches et montrer les muscles.

En fin de semaine dernière, les dirigeants du Conseil café-cacao ivoirien et du Ghana cocoa board se sont rendus ensemble dans les plantations à leur frontière commune, pour lancer les opérations d'arrachage des cacaoyers.

Ce plan de lutte est le premier d'envergure en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de l'or brun. Sur les 15 % de surfaces de plantations contaminées par le virus, le pays prévoit d'arracher 100 000 hectares de plantations sur les trois prochaines années.

Le swollen shoot, tristement surnommé « le sida du cacao », n'a pas de remède. Seul l'arrachage des plants permet de s'en débarrasser.

Dans la guerre d'éradication de la maladie, Côte d'Ivoire et Ghana ont décroché plus de 515 millions d'euros de la Banque africaine de développement. Une enveloppe qui va surtout permettre d'indemniser les paysans à hauteur de 76 euros par hectare arraché.

Ghana

Le pays participe au 5ème colloque scientifique des chercheurs sur le café robusta et à la 7ème assemblée générale de l'ACRAM à Accra

L'Agence des Cafés Robusta d'Afrique et de Madagascar (ACRAM) organise, du 22 au 25 mai 2019 et, en collaboration… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.