Angola: Le ministre admet qu'il y a encore de la bureaucratie dans les affaires

Une vue de Luanda , la capitale de l'Angola

Luanda — Le ministre angolais de l'économie et de la planification, Pedro da Fonseca, a admis samedi à Luanda qu'il existait encore une certaine bureaucratie pour améliorer le climat d'affaires en Angola, malgré les mesures déjà prises.

"En ce qui concerne l'environnement d'affaires en Angola, nous avons beaucoup à faire", a déclaré le ministre de l'Economie et De la Planification lors de la présentation du Plan de développement national aux membres, militants et sympathisants du parti MPLA.

Pedro da Fonseca justifie que le coût du contexte résultant de l'environnement économique actuel est en réalité très onéreux, un aspect qui élimine en soi la compétitivité des acteurs économiques du pays.

Selon ses conclusions, le gouvernant estime qu'il y a effectivement un choix dans ce processus de croissance économique, plaidant pour la nécessité d'accorder une attention particulière à cet environnement d'affaires en Angola.

À cet effet, il souligne la nécessité de simplifier, de débureaucratiser et d'autoriser l'activité économique dans le pays.

Pour cela, propose-t-il, dans la bureaucratie et du processus d'octroi de licences d'activités économiques, la création d'une plate-forme électronique.

Selon Pedro da Fonseca, ce processus obligera tout investisseur souhaitant exercer son activité à accéder à l'instrument électronique, à condition de respecter les exigences requises.

Dans l'entre-temps, pour que cela se produise, le gouvernant souligne également la nécessité d'un ensemble d'interventions afin de garantir la sécurité de l'investisseur éventuel qui a l'intention d'octroyer une licence pour son activité.

«L'Angola devrait promouvoir des activités pour rendre la vie plus facile pour ceux qui traitent de la création d'emplois, comme le secteur agricole, qui dispose des conditions pour absorber plus de jeunes et en mesure d'assurer la matière première pour l'industrie», a-t-il soutenu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.