28 Août 2018

Sud-Soudan: Riek Machar refuse de signer l'accord de paix de Khartoum

Photo: Africa Media Agency
Le chef des rebelles sud-soudanais, Riek Machar, est de retour à Juba, une étape importante dans la résolution de la guerre civile au Soudan du Sud.

Le chef rebelle sud-soudanais Riek Machar refuse de signer l'accord de paix pour le Soudan du Sud trouvé à Khartoum et destiné à mettre un terme à la guerre civile qui ravage le pays le plus jeune au monde.

Riek Machar ainsi que d'autres groupes de l'opposition exigent que leurs réserves soient intégrées dans le texte final de l'accord qui a été signé le 5 août à Khartoum. Cet accord prévoit le retour du chef rebelle dans le pays pour occuper l'un des cinq postes de vice-président prévus dans un gouvernement d'unité nationale.

La cérémonie prévue à Khartoum au Soudan avec les différentes parties du conflit au Soudan du Sud ce 28 août n'aura finalement pas lieu. Après leur accord sur le partage du pouvoir, en début de ce mois, les belligérants du Soudan du Sud avaient convenu de poursuivre les négociations jusqu'à la signature d'un accord de paix définitif qui aurait dû avoir lieu aujourd'hui.

Mais les points de discorde sont remontés à la surface. Les opposants ne signeront pas l'accord tant que le texte final ne mentionne pas leurs réserves.

Les désaccords portent notamment sur le nombre de régions prévues dans le cadre d'un régime fédéral. Au cas où le désaccord en la matière continuerait durant la période transitoire, un référendum doit trancher sur la question. Mais les opposants sont contre.

« Dernier round »

Riek Machar s'oppose également au mécanisme prévue par l'accord pour l'adoption d'une nouvelle Constitution du pays. « Il n' y aura pas de paix au Soudan du Sud tant que les opposants ne signeront pas » le document, prévient le ministre des Affaires étrangères soudanais, Ahmed Al-Dierdiry. « Il s'agit du dernier round à Khartoum », avertit-il.

Après cet échec, les médiateurs soudanais vont soumettre le document aux Etats d'Afrique de l'Est qui œuvrent depuis des mois à concrétiser un processus de paix.

Sud-Soudan

Un système de plus en plus répressif

Amnesty International dénonce une campagne de harcèlement, d'intimidation et d'attaques contre les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.