Afrique: FAO - Le monde a besoin de produire 60% de nourriture en plus d'ici 2050

Cet accord, signé par le président de la Banque africaine de développement Akinwumi Adesina et le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, au siège de la FAO à Rome, s’inscrit dans le cadre d’une collaboration de longue date entre les deux organisations.

- Le monde a besoin de produire 60% de nourriture en plus d'ici 2050, selon les estimations, pour garantir la sécurité alimentaire mondiale, et doit parvenir à cette augmentation tout en préservant et améliorant les ressources naturelles, a indiqué la FAO sur son site web.

L'eau est un élément essentiel de l'approvisionnement alimentaire, de la production sur le terrain et à toutes les étapes de la chaîne de valeur.

L'eau est aussi nécessaire pour satisfaire les besoins personnels et domestiques, permettre la production énergétique et industrielle et maintenir les importants écosystèmes tributaires de l'eau, ainsi que les services éco systémiques, souligne la même source.

Toutefois, avec l'augmentation de la demande et de la compétition pour l'eau, les ressources en eau de la planète sont de plus en plus sous pression à cause du changement climatique, d'une mauvaise gestion et de la pollution, a-t-elle averti.

L'agriculture détient la clé de la réalisation réussie des objectifs et aspirations formulés dans les Objectifs de développement durable et dans l'Accord de Paris sur le climat.

Elle est aussi cruciale pour assurer les moyens de subsistance de centaines de millions de petits agriculteurs et de communautés rurales dans le monde entier.

Les agriculteurs doivent être au centre de tous les processus de changement en agriculture. Il est possible, grâce à des politiques appropriées offrant des incitatifs et assurant une gouvernance efficace, de responsabiliser les agriculteurs pour qu'ils préservent la biodiversité, protègent les écosystèmes et minimisent les incidences sur l'environnement.

"Les institutions d'irrigation doivent répondre aux besoins des agriculteurs. Pour assurer la fourniture de quantités d'eau suffisantes, augmenter la transparence de la gestion de l'irrigation et garantir efficacité et égalité dans l'accès à l'eau, il faudra vraisemblablement passer par des changements d'attitude de la part des institutions et des agriculteurs, des investissements ciblés dans la modernisation des infrastructures, une restructuration institutionnelle et un renforcement des capacités techniques des agriculteurs et gestionnaires des ressources en eau", a noté la FAO.

Les pays ont désigné l'agriculture comme le principal secteur d'intervention de la contribution qu'ils entendent apporter au niveau national à l'atténuation du changement climatique, et nombre d'entre eux ont placé l'eau en tête de liste des mesures d'adaptation envisagées.

Le programme sur l'eau de la FAO, façonné par ces nouveaux enjeux, répond de manière décisive aux besoins de ses pays membres.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.