14 Août 2018

Afrique: Un été brûlant, indicateur de la santé de notre planète

communiqué de presse

L'été 2018 a connu des vagues de chaleur records. Une série de feux de forêt à propagation rapide a été responsable de nombreux décès et de la destruction de biens. En outre, des millions d'hectares de forêt ont été brûlés. La Grèce, les États-Unis, la Suède et l'Australie ont été les plus durement touchés par les flammes. D'autres pays ont également souffert.

De plus en plus, les feux de forêt vont de paire avec la hausse des températures et sont chaque année plus sévères. Leur fréquence et leur propagation croissantes exercent une pression sans précédent sur les autorités locales qui doivent les contenir très rapidement.

Dans la région côtière grecque de l'Attique, 91 personnes sont mortes et au moins 164 ont été admises dans des hôpitaux à la suite des incendies qui se sont produits en juillet dernier, les deuxièmes plus meurtriers du 21ème siècle. Tous les services d'urgence ont été mobilisés et de nombreux pays européens ont dû envoyer de l'aide pour contenir les incendies.

En Californie, des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées, près de 250 000 hectares ont été brûlés, des centaines de maisons détruites, les autorités ayant été aménées à lutter simultanément contre 17 grands incendies. L'effort pour les contenir a impliqué plus de 14 000 pompiers de 18 états.

Les incendies sont un phénomène naturels et jouent un rôle important dans la formation des écosystèmes en agissant comme agents de renouvellement et de changement. Cependant, en plus de détruire les propriétés, la vie sauvage et la vie humaine, ils mettent également en danger la santé des êtres humains et contribuent aux changements climatiques en libérant dans l'atmosphère d'importants gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone, le méthane et l'oxyde nitreux.

Les crises liées au climat, telles que les inondations ou les tempêtes, la sécheresse ou la pénurie d'eau, sont en train d'exploser et ont des conséquences énorme sur la sécurité des personnes. Les scientifiques craignent que les températures printanières et estivales de plus en plus élevées ne provoquent des périodes sèches plus longues et augmentent la probabilité de sécheresses et de saisons prolongées d'incendies de forêt.

Paradoxalement, même si une atmosphère plus chaude peut contenir environ 5 à 25% d'eau de plus, certaines régions seront confrontées à une pénurie. Selon le World Resources Institute, 33 pays dont la Grèce, souffriront d'une grave pénurie d'eau à l'horizon 2040.

« On reconnaît souvent l'environnement comme victime de la guerre. Cependant, les changements environnementaux ainsi qu'une mauvaise gestion peuvent également jouer un rôle dans le déclenchement, l'exacerbation et la prolongation des conflits », a déclaré Erik Solheim, directeur exécutif d'ONU Environnement.

« Plus de 40% des guerres civiles étaient liées au contrôle des ressources naturelles telles que les terres, le pétrole et l'eau au cours des 60 dernières années. Le réchauffement climatique aggravera cette situation », ajoute-t-il.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a intégré les risques environnementaux et climatiques aux cinq dimensions utilisées pour déterminer la notion de fragilité. Sur les 23 pays figurant sur la liste de tous les États fragiles de l'OCDE depuis 2007, environ 70% dépendent dans une certaine mesure des ressources naturelles sensibles au climat.

« Heureusement, les implications du changement climatique sur la sécurité sont reconnues aux plus hauts niveaux. Le secrétaire général des Nations unies les a placées au cœur de son programme de prévention des conflits et qualifié de "menace la plus systémique pour l'humanité" », déclare M. Solheim.

Deux résolutions du Conseil de sécurité pour le lac Tchad et la Somalie ont également reconnu que les changements climatiques minent la sécurité des personnes. Les résolutions historiques (2349 et 2408) soulignent la nécessité pour les soldats de la paix et les gouvernements de mieux se préparer à faire face à leurs impacts.

Au cours des deux dernières décennies, ONU Environnement a oeuvré dans le monde entier pour faire face aux catastrophes naturelles, aux accidents industriels et aux crises provoquées par l'homme. Au cours des deux dernières décennies, l'organisation a soutenu des dizaines de pays et territoires touchés par la crise, notamment en Afghanistan, en Haïti, en Iraq, au Soudan du Sud et au Soudan.

En savoir plus sur le travail d'ONU Environnement sur les causes environnementales et les conséquences des catastrophes et conflits.

Afrique

Les pays invités à voter des lois pour renforcer le pouvoir des femmes et des filles

Le renforcement du pouvoir des femmes et des filles passe par l’application des lois qui les protègent en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 United Nations Environment Program. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.