Afrique du Sud: Pillages et nouvelles violences xénophobes à Soweto

Une route à Dobonville, Soweto, Johannesburg.

Dans le township de Soweto, deux commerçants d'origines étrangères ont été tués mercredi 28 août par une foule en colère et plusieurs magasins ont été détruits. En cause, des produits périmés auraient été vendus depuis plusieurs semaines. Mais le malaise est plus profond. Les violences xénophobes sont récurrentes dans les townships du pays, sans réelle réponse des autorités.

La façade éventrée de l'épicerie témoigne encore de la violence des événements. A l'intérieur, il ne reste plus qu'une étagère vide, tout a été pillé par les habitants comme cet homme qui souhaite rester anonyme.

« Je les aimais bien avant mais le problème c'est qu'ils nous vendent de la nourriture périmée. Et lorsqu'ils se sont installés ici, ils n'ont même pas embauché une seule personne du quartier. Ils ont amené les leurs pour travailler ici », explique-t-il.

Cet autre habitant de Soweto en est sûr, les commerçants étrangers ne respectent pas les conditions d'hygiènes et donc les clients sud-africains. « Ils cuisinent dans leurs magasins, ils urinent et font même leurs besoins à l'intérieur. Lorsque tu achètes du pain le matin, quelqu'un a dormi dessus toute la nuit. On en a assez maintenant. »

A quelques mètres des ruines, une autre épicerie est restée intacte. Elle appartient à Fikile, un vendeur sud-africain. « Oui, les commerçants étrangers sont trop nombreux à Soweto, dit-il. Ils sont beaucoup plus nombreux qu'il y a cinq ans. Et moi j'ai de moins en moins de clients maintenant. Ça a un impact sur mon chiffre d'affaire, c'est ça le problème. »

Vingt-neuf personnes ont été arrêtées par la police. Les autorités ont condamné les violences sans pour autant souligner leur nature xénophobe.

L'un des magasins du township de Soweto dévalisé par les habitants hier lors d'attaques contre les commerçants étrangers. pic.twitter.com/oIatxx3Y49

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.