Burkina Faso: Interpellation de Safiatou Lopez - Le collectif dignité et liberté indigné

Photo: fasozine
Safiatou Lopez

Après l'interpellation de Safiatou Lopez/Zongo, présidente du Cadre de concertation nationale des organisations de la société civile (CCNOSC) le 29 août dernier à son domicile à Ouaga 2000, quelques organisations de la société civile réunies autour du Collectif dignité et liberté n'ont pas tardé à donner de la voix. Elles ont dénoncé cette interpellation le 30 août lors d'une conférence de presse, à Ouagadougou.

Le Collectif dignité et liberté est formel : l'arrestation de Safiatou Lopez est arbitraire. « Sinon, comment expliquer son arrestation sans notification de charges ? », s'interroge-t-il.En effet, la présidente du CCNOSC a été interpellée le 29 août sans une quelconque notification de charges, selon Abraham Badolo, membre du collectif et président de l'Alliance pour la défense de la patrie.

Ce dernier dit être contre cette méthode qui est aux antipodes des valeurs démocratiques et surtout contre une personne qui a joué un rôle important dans la défense des droits démocratiques au Burkina Faso. Pour lui, « cette interpellation est une action politique contre leur camarade et cela relève de l'intimidation au regard de ce qu'elle sait ».

Le collectif veut comprendre les raisons qui ont prévalu à l'interpellation de dame Lopez et exige que l'autorité sorte de son silence. Il promet que le réseau restera mobilisé jusqu'à la libération de la présidente du CCNOSC. Des marches, des meetings et campagnes de protestation ne seront pas occultés pour exiger la libération de Safiatou Lopez.

Selon le collectif, une démocratie post- insurrectionnelle ne saurait accepter cette forfaiture qui fait reculer le pays. Et de rassurer que Safiatou Lopez est une citoyenne comme tous les autres et que si elle avait été interpellée dans les règles républicaines, elle ne fuirait pas ses responsabilités.

Pour Siaka Coulibaly, membre du collectif, cette conférence de presse n'aurait pas eu lieu s'il y avait eu une notification de charges lors de l'interpellation de Safiatou Lopez. Le silence qui prévaut autour de cette interpellation fait croire au collectif que son interpellation est arbitraire. Il dit respecter la Justice et ses décisions, mais dénonce le non-respect de la procédure.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.