Mauritanie: Les Mauritaniens aux urnes pour des élections législatives, régionales et locales

Photo: wikipédia
Vue de la ville de Nouakchott, capitale de la Mauritanie .

Nouakchott — Les Mauritaniens se rendent aux urnes samedi pour des élections législatives, régionales et locales qui constituent un test pour le président Mohamed Ould Abdel Aziz, à moins d'un an de la présidentielle de la mi-2019.

Les militaires ont voté vendredi de manière anticipée pour pouvoir "se libérer pour la sécurisation du vote" samedi dans ce vaste pays aride d'Afrique de l'Ouest.

Pour le reste du 1,4 million d'inscrits, les bureaux seront ouverts de 07H00 à 19H00 (GMT et locale). Le scrutin, dont les premiers résultats sont attendus en début de semaine prochaine, se déroulera en l'absence d'observateurs internationaux.

Contrairement aux précédentes législatives de 2013, l'opposition a cette fois décidé d'y participer, y compris dans ses composantes dites "radicales", ce qui porte au nombre record de 98 les partis politiques en lice à ce premier tour. En cas de second tour, celui-ci se tiendra le 15 septembre.

Un total de 1.376 listes pour les municipales, 158 pour les régionales et plusieurs centaines pour les législatives se présentent aux scrutins du 1er septembre, selon la Commission nationale électorale indépendante (Céni).

Ce sont des "élections inédites dans le processus démocratique de notre pays", a déclaré jeudi le président de la Céni, Mohamed Vall Ould Bellal, appelant toutes les parties à collaborer pour "le succès de ces scrutins couplés".

Il s'adressait notamment à l'opposition radicale qui a dénoncé jeudi dans un communiqué "sa mise à l'écart dans la constitution de la Céni" qui pilote ces scrutins, "la gestion unilatérale par le pouvoir et l'implication de son administration et de ses moyens humains et matériels dans le processus électoral au profit du parti au pouvoir".

La campagne électorale, qui s'achève jeudi soir, n'a pas déchaîné les passions et les meetings électoraux ont attiré peu de monde dans ce vaste pays aride d'Afrique de l'Ouest, malgré le caractère crucial du scrutin tant pour le pouvoir que pour l'opposition, qui cette fois a décidé d'y participer, y compris dans ses composantes dites "radicales", selon des médias.

Mohamed Ould Abdel Aziz, arrivé au pouvoir en 2008, puis élu en 2009 et réélu en 2014, a appelé à un "vote massif" pour sa formation, l'Union pour la République (UPR), "afin de continuer sur la voie des réalisations grandioses et de la lutte contre la gabegie", qualifiant au passage les dirigeants de l'opposition de "malfaiteurs" et de "fauteurs de troubles".

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a exhorté toutes les parties en Mauritanie à contribuer à des élections "pacifiques et crédibles"

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Mauritanie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.