Afrique: 7e sommet sino-africain - Entre Roch et Jinping c'est désormais du collé-serré

Photo: #FOCAC2018
Forum Chine-Afrique 2018 avec la participation de 48 chefs d’Etats et de gouvernements africains.

La cérémonie officielle d'accueil du président du Faso au Grand Palais du peuple, insigne honneur fait à une personnalité pour qui on a une grande estime en Chine, a finalement eu lieu le vendredi 31 août 2018 à Pékin. Cet événement haut en couleur a été l'occasion de visite d'entreprises et de signatures de conventions dans les domaines de la coopération, des investissements, de l'agriculture et de la santé.

Garde nationale composée de soldat et de soldates avenants et figés comme des statues de cire, tapis d'un rouge vif déroulé sur tous les chemins qu'emprunteront les deux présidents, enfants (fillettes et garçonnets) bien coiffés tenant les drapeaux de leur pays et du Burkina Faso, petite tribune dressée à cette occasion pour les reporters invités... Tel est le somptueux décor au Grand palais du peuple qui attendait le président Rock Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du vendredi dernier. 21 coups de canon ont annoncé son entrée dans la cour avec à ses côtés le président chinois, Xi Jinping. Ensuite, les immenses rideaux s'ouvrent pour permettre leur entrée dans la salle. Après l'accueil du chef de la garde nationale, les deux hymnes nationaux ont retenti. Le nôtre a été exécuté avec une dextérité et une fidélité dans la traduction des notes qui ont ébahi plus d'un visiteur. C'est à croire que ce sont ces interprètes qui ont conçu notre Ditanyè(1).

C'est ensuite parti pour les honneurs militaires à travers une petite revue de troupes dans ce pays de symboles. L'ambiance semblait si martiale et contagieuse que notre président semblait marcher aux pas au son de la musique militaire. La cérémonie, brève, mais d'une intensité redoutable et parfaitement maîtrisée, a été bouclée dans l'allégresse avec ces youyous de petits poucets en rang qui agitaient les couleurs nationales des deux pays. Ainsi s'achevait ce que l'on peut qualifier de plat de résistance de la visite d'Etat, un grand cadeau de mariage depuis le rétablissement des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et le pays de Mao.

A Pékin, tout avait du reste commencé à l'arrivée du chef de l'Etat l'avant-veille, soit dans la matinée du jeudi 30 août à l'aéroport international de Beijing aux environs de 12 heures sous une fine pluie. Un cérémonial en modèle réduit mais tout aussi protocolaire avait été concocté à l'occasion pour lui souhaiter la bienvenue au pied de l'avion. L'y attendait le maire de Pékin,Chen Jining, qui l'a aussitôt conduit à l'hôtel Hilton, son pied-à-terre. Rencontre avec la communauté burkinabè en Chine, visite d'entreprises (CGCOC Group, NUTEC et Polytechnology), de deux structures de financement (Exim Bank China et China Development Bank), signatures d'accords et banquet offert au chef de l'Etat ont été les principaux événements phares des journées du jeudi et du vendredi, avec pour grand bouquet final cet accueil au Grand Palais du peuple. Un acte qui scelle l'union des cœurs et annonce que le mariage est désormais consommé entre la Chine et le Burkina Faso.

(1) Le Dytaniè, hymne national burkinabè conçu pendant la révolution, a été mis en musique à l'époque par la Corée du Nord

Curiosités chinoises

Contrairement à d'autres pays, notamment les nôtres, le comptage des paliers d'un immeuble en Chine commence par le rez-de-chaussée, qui porte le numéro 1

Dans un restaurant de la capitale, nous avons voulu offrir un pourboire à notre serveur. Refus véhément et sans appel de cet dernier.

Il est fréquent de voir en bordure de voies, un soldat en faction marcher aux pas et revenir sur son lieu de départ, le regard figé tel un automate.

Les visiteurs ont été charmés par le calme et la sérénité des Pékinois quand ils sont arrêtés pour laisser le passage à un cortège officiel. Ils sont même nombreux à être assez patients au point de prendre des photos.

Dans la capitale impériale, de nombreux hôtels disposent de leur propre ambulance au cas où...

Face à la pollution, le deux-roues à moteur ont été interdits à Pékin. N'ont le droit de circuler que les voitures, les vélos et les scooters électriques.

L'impressionnant Grand palais du peuple, cœur du pouvoir chinois qui porte bien son nom a été construit en 10 mois par 400 000 ouvriers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.