Burkina Faso: Le désarroi des populations victimes de l'insécurité dans l'Est

Photo: wikipedia
La rue principale de la ville Fada N'Gourma dans l'est du Burkina Faso (illustration).

Au Burkina Faso, les habitants de la région de l'Est, en proie à des attaques récurrentes depuis quelques semaines, sont de plus en plus inquiets.

Malgré la présence renforcée des forces de défense et de sécurité sur le terrain, certains habitants de la région qui résident dans la capitale interpellent les autorités afin d'éviter que la région ne subisse le même sort que le Sahel.

Ils viennent tous de la région de l'Est et ils préfèrent s'exprimer sous anonymat. « Le danger est partout », nous dit l'un d'entre eux. Ils s'inquiètent tous de la recrudescence des attaques contre les forces de défense et de sécurité dans leur région.

Une situation difficile à vivre de Ouagadougou pour cet habitant de l'Est : « Chaque jour, quand on entend qu'il y a une attaque, on appelle pour savoir à quel niveau ou si tout va bien, en tout cas dans la famille. Si ce n'est pas dans la famille, parmi les connaissances. En tout cas, on appelle pour savoir et ça nous fait peur ».

A ses côtés, un homme évoque les déplacements de moins en moins sécurisés : « On vous dit d'aller en mission à Pama, mais est-ce que vous êtes sûr d'arriver ? Alors que les forces de l'ordre tombent sur des mines ? On ne peut plus travailler ».

Pour les ressortissants des villes et villages de la région de l'Est, il est temps que des mesures idoines soient prises pour freiner l'avancée des assaillants.

Pour eux, il faut à tout prix éviter que cette région subisse le même sort que le Sahel : « On demande à ce que le gouvernement prenne vraiment des dispositions pour pouvoir empêcher cela, pour que ça ne devienne pas comme le Sahel », reprend notre interlocuteur.

« Circuler librement aussi et puis dormir, bien sûr, sur ses deux oreilles. Et puis se sentir un peu plus en sécurité. C'est ce que nous souhaitons ».

Même s'ils ont peur, les ressortissants de Fada N'Gourma, Pama ou Diapaga demandent au gouvernement de doter les forces de défense et de sécurité de matériel pouvant leur permettre de faire face à la menace.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.