7 Septembre 2018

Maroc: Gérard Depardieu crée la polémique en Algérie

La participation du comédien à un film sur le dernier Bey de Constantine a fait couler beaucoup d'encre

Il faut également parler des dizaines d'affaires de viols et de pédophilie passés sous silence

L'acteur français Gérard Depardieu est au cœur d'une polémique en Algérie, où il a participé au tournage du film consacré à la vie du dernier Bey de Constantine, qui lutta en particulier contre l'expansion française en Algérie. Sa nationalité et les récentes plaintes pour viol à son endroit sont en cause.

Les critiques fusent sur les réseaux sociaux : il est reproché aux producteurs du film d'avoir fait appel à un comédien étranger pour relater ces épisodes de l'histoire algérienne, rapporte France24.

Une tempête médiatique qui a pris suffisamment d'ampleur pour provoquer la réaction du ministre de la Culture algérien, Azzedine Mihoubi : il a défendu la présence de Gérard Depardieu au casting. Le ministre a notamment estimé que la présence d'une vedette internationale pouvait permettre au film de rencontrer le succès.

"C'est un acteur étranger, Anthony Quinn, qui a permis au film Le Message, consacré à la vie du Prophète Mahomet, d'avoir une reconnaissance mondiale. Cela a-t-il provoqué une polémique à l'époque ?", s'est interrogé le ministre en référence au film de Moustapha Akkad, sorti en 1977.

Azzedine Mihoubi a estimé que la production du film Ahmed Bey faisait aujourd'hui le même pari. Il a également défendu l'image de Gérard Depardieu, assurant que l'acteur français était "un ami de l'Algérie", connu pour avoir pris des positions importantes et courageuses sur l'Algérie.

"Mon bonheur est que le tournage du film sur Ahmed Bey a fait l'objet de plus de 125 articles dans la presse internationale, grâce à la présence de Depardieu, a ajouté la productrice du film, Samira Hadji Djilani, dans une déclaration à TSA. C'est une belle campagne pour mon film. Avec tout l'argent du monde, je n'aurais pas assuré le travail que cet acteur m'a fait."

"Certains nous parlent de mécanismes pour rendre un film international, qu'ils nous les montrent, a poursuivi la productrice interrogée par TSA. L'Algérie a réalisé des dizaines de films qui sont restés dans les tiroirs. D'autres évoquent l'affaire de l'agression sexuelle. J'aurais bien aimé que ces gens parlent, le reste de l'année, sur les dizaine de cas de filles violées et d'affaires de pédophilie en Algérie, passés sous silence", a-t-elle dénoncé".

Également mise en cause pour le montant de son contrat, Samira Hadji Djilani a enfin affirmé que "le contrat de Gérard Depardieu est pris en charge par un sponsor privé".

Maroc

La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite avec le soutien de la Bourse de Casablanca

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM-Abidjan) a lancé récemment la… Plus »

Copyright © 2018 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.