6 Septembre 2018

Mali: Le pays dans l'attente du nouveau gouvernement

Le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga a été reconduit dans ses fonctions au Mali avec la lourde responsabilité de former une nouvelle équipe dans les heures qui viennent.

Le nouveau gouvernement devra faire face à plusieurs défis, à la fois sécuritaire mais aussi concernant l'éducation ou les conditions de vie des Maliens. Au sein de l'opinion publique malienne, les attentes demeurent grandes et chacun y va de ses propositions concernant ce second mandat du président Ibrahim Boubacar Keita.

Pour Malick Mahamane, la priorité des priorités demeure l'amélioration des conditions de vie des Maliens. "Comment essayer de trouver une solution à ce qu'au moins le Mali étant une zone de production agricole que les prix de nos denrées alimentaires essentielles (mil, riz etc... ) puissent chuter et ça ne peut se faire qu'en stimulant la production locale ici et en limitant l'important car c'est là le fond du problème" affirme Malick Mahamane.

Pour Pianson Dembelé, professeur de lettres au lycée Massa Makan Diabaté de Bamako " les défis sont nombreux. Il faut d'abord la sécurité, mais en plus de cela, il faut lutter efficacement contre la corruption."

Hama Boncana, ressortissant de la région de Gao, dans le nord du Mali estime pour sa part que '"pour ce deuxième quinquennat, la première des choses est la paix."

Les hommes qu'il faut à place qu'il faut

Pour Clement Dembelé, universitaire et analyste politique, il est impérieux de répondre aux aspirations de la population avec un gouvernement composé de personnes qualifiées. "Aujourd'hui il faut qu'on arrête de faire des gouvernements de nomination politique et politicienne. IBK doit aujourd'hui penser qu'on ne peut plus gérer sans les Maliens, mais il faut gérer le Mali par des Maliens, avec des Maliens et pour des Maliens. Pour cela, il a besoin de travailler avec des hommes d'Etat, qui viennent de la société civile, de la diaspora malienne, des partis politiques, même les petits partis ou il y a des compétences qu'on peut aller dénicher. Donc, le président IBK doit mettre en œuvre ce management politique qui consiste à aller chercher les hommes qu'il faut, même si c'est dans l'opposition, pour mettre en place un gouvernement d'unité nationale, un gouvernement qui va apaiser les tensions et qui tout de suite, va s'orienter vers les reformes" affirme Clement Dembelé.

Mali

58e fête nationale du Mali - Le Burkina Faso communie avec le pays de IBK

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a pris part aux festivités du 58e anniversaire de… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.