10 Septembre 2018

Congo-Brazzaville/Zimbabwe: Une dizaine de blessés à l'entrée du stade Massamba-Débat

Des supporters des Diables rouges ont été blessés, le dimanche, lors d'une bousculade à l'entrée du complexe sportif peu avant le démarrage du match. La sécurité est pointée du doigt.

Les Diables rouges ne s'étaient plus produits au stade Alphonse-Massamba-Débat depuis la fin des Jeux africains de Brazzaville 2015. Trois ans après, les gestionnaires des sports ont pris la décision d'y faire jouer le match Congo-Zimbabwe comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations.

À l'entrée du stade, les personnes chargées d'assurer la sécurité des spectateurs en dehors des terrains ont chacun un rôle. Il y a d'une part des stadiers pour effectuer le contrôle des billets et, d'autre part, les policiers pour faciliter l'accès. Les deux services doivent travailler en intelligence pour éviter les cas de force majeur. Le 9 septembre, le système sécuritaire a fait défaut. Car avant même le coup d'envoi de la rencontre, le Centre médico-sportif affirmait avoir enregistré une dizaine des blessés à cause de la bousculade.

« Beaucoup de gens voulaient suivre le match et puis il y a eu la bousculade à l'entrée du stade. Certains se sont retrouvés au sol, écrasés par leurs camarades. Et l'on s'est retrouvé avec des blessés », a expliqué le directeur du Centre médico-sportif. Selon lui, il n'y a pas de cas graves à signaler car il s'est agi des blessures légères sauf deux blessés qui ont été évacués au Centre hospitalier universitaire (CHU).

« Je viens d'envoyer deux malades au niveau du CHU pour suturer les plaies. Il s'agit de grosses blessures très profondes qui ont besoin des sutures. Le premier a une blessure ouverte avec son fémur dehors. Je ne pouvais pas le suturer ici . C'était la même chose pour le second. Pour les autres, ce sont des blessures superficielles », a assuré le Dr Okandzé Elenga avant de poursuivre que deux qui souffraient des problèmes de respiration et de vertige étaient en observation.

Le Dr Okandzé Elenga a, par ailleurs, souhaité que les responsables accordent l'attention au Centre médico-sportif en lui dotant du matériel dont il a besoin. Et ce, dans le but de permettre aux blessés de recevoir les premiers soins. « Quand on parle de volet santé, il est souvent négligé... La partie médicale, c'est d'avoir les moyens de la politique. Pour arriver à prendre en charge ce genre de personnes, il faut les moyens humains et matériels. Souvent les moyens humains, nous les avons parce que la Croix-Rouge et les pompiers nous viennent en aide. Mais l'accompagnement qui est le matériel fait parfois défaut », a expliqué le directeur du Centre médico-sportif.

Congo-Brazzaville

Economie bleue - L'expertise de Brazzaville sollicitée au Kenya

La République du Congo prendra part, du 26 au 28 novembre à Nairobi, à la conférence sur… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.