11 Septembre 2018

Centrafrique: A Bangui, des ateliers pour sensibiliser à la Cour pénale spéciale

En Centrafrique, le lancement des enquêtes de la Cour pénale spéciale est attendu pour ce mois d'octobre. Un début effectif pour cette Cour au caractère original. Et pour expliquer son fonctionnement, sa mission, les crimes auxquels elle s'intéresse, de nombreux ateliers de sensibilisation sont organisés. Ce lundi, à Bangui, l'atelier était organisé par la jeunesse islamique centrafricaine dans le IIe arrondissement de la capitale.

Au pied de la petite mosquée de quartier de Yapele 3, une quarantaine de personnes se sont rassemblées. Après une heure d'explications en langue locale, les questions ont fusé : qu'en sera-t-il de la protection des témoins ? Est-ce qu'il y aura compensation ou réparation des victimes ? Les juges de différentes nationalités vont-ils réussir à s'entendre ?

Parmi les participants, une femme raconte avoir perdu sa maison pendant la crise. Ses démarches n'ont rien donné jusqu'à maintenant, elle espère beaucoup de la CPS : « Ce que j'ai appris, c'est par exemple si tu n'as rien, tu peux avoir un avocat gratuit. Et si on a tué quelqu'un de ta famille, ou on t'a braqué ou on t'a violenté, comment tu peux faire pour aller à la Cour pénale spéciale ».

De la sensibilisation auprès des populations locales, mais aussi des leaders, comme le chef du quartier Pascal Kouasi : « J'ai appris comment la justice travaille, j'ai appris ce qui concerne les témoins. Cela va me permettre d'aller voir mes administrés et de leur expliquer les procédures et ce qu'il va se passer quand il y aura la CPS ».

Huit organisations de la société civile sont ainsi en charge de l'organisation de plus de 80 activités à Bangui et en province pour faire connaître la CPS.

Centrafrique

Un groupe armé a tué 46 civils

Des combattants du groupe armé Retour, Réclamation et Réhabilitation, ou 3R, ont tué au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.