11 Septembre 2018

Madagascar: Ressources naturelles - Des trafiquants mieux armés que les entités de contrôle

Des tortues endémiques de Madagascar qui ont été victimes d'exportation illicite.

L'aéroport d'Ivato a été - et est - qualifié de passoire pour l'exportation illicite des ressources naturelles endémiques du pays.

Stratèges. Le qualificatif que l'on peut attribuer aux trafiquants de ressources naturelles qui opèrent auprès de l'aéroport international d'Ivato. Du moins, c'est ce que l'on a pu comprendre lors d'un entretien effectué avec Lanto Ramarisy, receveur des douanes auprès dudit aéroport samedi dernier. « La lutte contre l'exportation illicite des ressources naturelles est un combat de tous les jours. Les trafiquants opèrent suivant des stratégies bien définies en fonction des réformes et organisations menées par des entités responsables des contrôles auprès de l'aérogare » a fait savoir le receveur des douanes. Ce dernier de noter qu'il est arrivé « que les trafiquants soient au courant des heures d'ouverture et de fermeture de certains accès de l'aérogare ». Une façon pour le receveur des douanes de faire comprendre que dans l'appropriation de telles informations - jugées cruciales -la complicité entre les éléments entités responsables de contrôles et les trafiquants est ainsi fort probable.

Inefficaces. Outre cette mesure, il est difficilement imaginable que de telles informations puissent circuler et arriver entre de mauvaises mains. Par ailleurs, les dires du ministre de l'Environnement, de l'Ecologie et des Forêts, Guillaume Venance Randriatefiarison confirment l'ingéniosité des trafiquants, mais surtout la complicité des responsables auprès de l'aérogare. « Dernièrement, des tortues ont été saisies à Bangkok. Elles ont été embarquées à l'aéroport d'Ivato suivant un procédé bien rodé et les enquêtes ont permis de déterminer la complicité de quelques responsables auprès de l'aéroport d'Ivato et d'une entreprise privée » a-t-il interpellé. Les ressources naturelles endémiques du pays comme les tortues sortent librement de l'aéroport d'Ivato. C'est un fait qui n'échappe plus aux observateurs de la vie publique. A l'instar des réformes, les entités de contrôle y sont pourtant nombreuses pour éviter d'éventuels trafics.

Entre autres, les éléments des Douanes qui sont chargés des contrôles économiques, la gendarmerie qui s'assure des contrôles hors de l'aérogare, des éléments du ministère des Mines, des Eaux et Forêts, des Impôts et de la PAF (Police de l'Administration des Frontières) et du CIS ou Central Intelligence Service. Des entités qui effectuent diverses contrôles en plus de la société privée SAMADA qui s'occupent de la sûreté. Mais les faits persistent, les ressources passent les frontières et ne sont saisies qu'une fois à l'extérieur. Les lois existent, mais elles ne sont pas suivies de mise en œuvre, un fait qui n'échappe pas non plus aux observateurs de la vie publique. Les mêmes observateurs savent toutefois que seule la volonté politique des dirigeants peut changer la donne. La question est de savoir quand est- ce qu'ils vont enfin se mobiliser ?

Madagascar

Résultats de la présidentielle - P.V original contre tout piratage

La CENI donne l'impression de donner du temps au temps. Plus »

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.