9 Septembre 2018

Burkina Faso/Mauritanie: Les Etalons s'écroulent à Nouakchott

Les Etalons du Burkina Faso, en déplacement à Nouakchott, samedi 8 septembre 2018, n'ont pas existé. Face aux Mourabitounes de la Mauritanie dans le cadre de la 2e journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations, Cameroun 2019, l'équipe nationale du Burkina a été battue 2-0.

Auréolés de leur 3e place lors de la dernière CAN, les Etalons ont attiré une grande foule au stade Cheikha Ould Boïdiya de Nouakchott dans le cadre de la 2e journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations 2019 face aux Mourabitounes de la Mauritanie.

«Je serai au stade pour voir les frères Traoré» a laissé entendre un supporter Mauritanien, avant le coup d'envoi. Ce dernier ignorait jusqu'au jour de la rencontre, samedi 8 septembre, que Bertrand et Alain ne seront pas de la partie.

Avec ces multiples absences, c'était une occasion dorée pour certains jeunes de se faire valoir. L'on a même cru que la rencontre allait révéler d'autres «Traoré». Que nenni ! Les novices comme Abou Ouattara et des Zackaria Sanogo ont plutôt confondu vitesse et précipitation.

Ils n'ont pas été aidés par certains cadres, notamment durant la première partie de jeu. Charles Kaboré, Bakary Koné, Issoufou Dayo, Bryan Dabo etc., n'ont pas donné le rendement dû à leur statut.

«Aucun joueur n'a donné satisfaction durant les 45 premières minutes» a d'ailleurs reconnu le capitaine Charles Kaboré. Aussi, beaucoup de choses restent à dire sur les choix du sélectionneur Paulo Duarte. Yacouba Coulibaly, en pleine forme avec 6 matches de championnat dans les jambes a été oublié sur le banc, au détriment de Steeve Yago.

Or, celui-ci revient de blessure et n'a pas joué, jusque-là, le moindre match avec son équipe. Cyrille Bayala et Banou Diawara qui pallient honorablement souvent les absences de certains cadres n'ont pas eu la confiance du coach. Banou n'a pas eu son apport habituel lorsqu'il sort du banc.

La Mauritanie signe sa 1re victoire sur le Burkina

Certainement frustré, au moment de faire son entrée sur le terrain, il a fait fi des consignes de l'adjoint de Duarte. «Banou joue parfois titulaire et vous critiquez. S'il y a une attitude que je déteste, c'est lorsqu'un joueur se dit qu'il sera titulaire et ne se donne pas à fond à l'entraînement» a regretté le technicien portugais.

Sur ses choix, Paulo se défend : «Comme tout match, je choisis le meilleur onze capable de me donner satisfaction. Le changement de Coulibaly pour Lingani est un bon choix. Seul Steeve revient de blessure mais est un joueur qui est toujours prêt, qui m'a montré toute la semaine qu'il est capable de jouer. Devant, je n'avais pas beaucoup de choix».

Quant à l'entraîneur de la Mauritanie, Corentin Martins, il a avoué avoir eu connaissance des nombreuses défections du bastion offensif des Etalons. «Nous avons joué le coup à fond. Aussi, les vidéos des cinq derniers matches de l'équipe que nous avons visionnés nous ont permis de mettre en place une stratégie» a-t-il laissé entendre. En réalité, le

choix des hommes, l'environnement et les fautes techniques peuvent expliquer la déroute des Etalons. Défaite occasionnée par deux buts inscrits en l'espace de trois minutes par Ismail Diakité (35e mn) et Khassa Camara (38e mn). Les Etalons se sont réveillés lors de la deuxième partie de jeu mais il était trop tard pour éviter à la Mauritanie de signer sa première victoire sur le Burkina Faso, en sept confrontations.

Burkina Faso

Coopération - Les Etats-Unis réaffirment leur soutien au peuple burkinabè

Cheryl Anderson, administratrice adjointe du bureau pour l'Afrique de l'USAID était à la tête de la… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.