12 Septembre 2018

Centrafrique: L'ONU prône le « vivre ensemble » à Bambari grâce à des programmes de réduction de la violence communautaire

Photo: OCHA/Gemma Corte
A Bambari, en République centrafricaine, les opérations humanitaires sont entravées par le mauvais état des routes, les bandits, les pillages et la violence des milices

Dans le cadre des efforts pour ramener la paix en République centraficaine, les Nations Unies dispensent à Bambari, depuis le 5 mai 2018, des formations dans le cadre d'un programme de réduction de la violence communautaire (CVR) à l'intention d'ex-combattants et de membres de la communauté.

Mis en place par la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) via sa section DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion) et exécuté par son partenaire de mise en œuvre l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), le programme CVR à Bambari a pour objectif de mener le processus de réinsertion socio-économique de membres des groupes armés non éligibles au programme DDR national ainsi que de jeunes à risque, précise la MINUSCA dans un communiqué de presse.

« Les formations et sensibilisations sur la thématique du 'vivre ensemble' ont amené les bénéficiaires venant de différents bords à s'accepter mutuellement. A la suite des premières journées de formation, ils ont manifesté le désir de suivre les cours ensemble. Ils se sont engagés à perpétuer ces valeurs au sein de leurs communautés respectives », souligne le formateur Victor Kemby.

Ces sessions ont pour objectif d'aider au changement de comportement des bénéficiaires mais aussi de renforcer les capacités des membres des comités locaux de paix.

Au nombre des principaux thèmes abordés : la non-prolifération des armes ; le civisme et citoyenneté ; la culture de la non-violence et le 'vivre ensemble', ainsi que les activités génératrices de revenus.

Ces formations ont un réel impact sur la cohésion sociale et la réconciliation, estime un bénéficiaire, Djamil Aboubakar. « Les différentes sensibilisations et formations nous apportent énormément. Elles nous ont permis de nous rapprocher, chrétiens et musulmans, anciens membres des groupes armés et civils. Nous avons compris le bien-fondé de la sensibilisation sur la détention illégale des armes. Cela va aider à la réduction de la violence et aussi renforcer la sécurité. La formation en civisme et citoyenneté nous apporte des valeurs nécessaires pour le vivre ensemble », dit-il.

Le maire de Bambari, Abel Matchipata, salue, quant à lui, cette initiative qui « remédie à un manque probant d'éducation. Elle apporte des valeurs de paix non seulement aux bénéficiaires directs du CVR, mais également aux communautés dont ils sont originaires ».

Outre les bénéficiaires, les membres des comités locaux de paix ont eu droit à des formations sur le renforcement de capacités en 'civisme et citoyenneté' et la non-prolifération des armes afin qu'ils soient des relais d'information et de sensibilisation dans leurs communautés respectives.

Centrafrique

Inauguration de la Cour pénale spéciale

Cela fait des mois que la Cour pénale spéciale (CPS) était attendue en République… Plus »

Copyright © 2018 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.