12 Septembre 2018

Afrique de l'Est: L'Erythrée fait son grand retour au sein de l'Igad

Photo: IGAD
Autorité intergouvernementale pour le développement en Afrique de 'Est

Ce mercredi 12 septembre marque le retour officiel de l'Erythrée au sein de l'Igad, l'organisation qui regroupe les pays est-africains. Les chefs des Etats concernés se réunissent en sommet extraordinaire à Addis Abeba en Ethiopie. Ce retour d'Asmara dans le giron de l'Igad arrive après plusieurs progrès diplomatiques.

C'est le grand retour de l'Erythrée dans l'Igad, 11 ans après avoir claqué la porte. Asmara avait quitté l'organisation en avril 2007 sur fond de tension avec l'Ethiopie et la Somalie.

Son retour était bloqué par les autres Etats membres, notamment à cause des sanctions internationales prises par l'ONU en 2009, mais surtout par l'Ethiopie qui conserve la présidence tournante de l'Igad depuis 2008.

Aujourd'hui, la donne a bien changé dans la région. L'Ethiopie et l'Erythrée ont fait la paix. Les deux pays ont rouvert des ambassades, une liaison aérienne, deux postes-frontières. Il y a eu également un réchauffement avec la Somalie et plus récemment avec Djibouti, qui a toujours un litige frontalier avec l'Erythrée.

En réintégrant l'Erythrée, l'Igad récompense en quelque sorte les efforts diplomatiques du pays en pleine ouverture.

Le Soudan du Sud au coeur des discussions

Alors que la guerre civile fait rage depuis 2013, le Soudan du Sud est au bord d'un nouvel accord de paix, même s'il reste des obstacles. Les belligérants ont été invités à Addis Abeba. Les ministres de l'Igad vont examiner le texte final, approuvé par pouvoir et opposition, mais pas encore définitivement signé.

Il va y avoir des réunions à huis clos sur le sujet. Le problème c'est que plusieurs mouvements d'opposition ont encore des réserves sur le processus de modification constitutionnelle, sur le nombre d'Etats fédéraux, leurs délimitations, etc.

Il y a encore deux jours, le NAS a annoncé qu'il ne signerait pas l'accord final en l'état. D'autant que sur le terrain, le cessez-le-feu reste fragile. Le SPLM-IO de l'opposant Riek Machar, accuse l'armée d'avoir lancé une offensive, mardi matin, dans l'Etat de Yei River et de faire livrer par avion des armes dans la région.

Le mouvement demande à l'Igad de condamner ces attaques. Donc on reste dans l'incertitude. D'ailleurs il n'y a pas de cérémonie officielle prévue dans le programme de l'Igad aujourd'hui. David Shearer, le chef de la mission de l'ONU au Soudan du Sud s'est lui dit optimiste. « Nous sommes arrivés à un point où je serais très surpris que les parties refusent de signer. Mais certains pensent qu'on leur force trop la main », a-t-il déclaré.

Afrique de l'Est

Distinction - Le prestigieux prix Nansen de l'ONU attribué à un chirurgien sud-soudanais

La cérémonie de remise du Prix pour l'année 2018 au lauréat, le Dr Evan Atar Adaha, aura… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.